mobilité : trouver des solutions avec les élus

Dauphiné reunion janvier             CR mobilité CC 19-01-07

La mobilité est au centre des débats citoyens face à deux défis importants

Protéger le climat menacé par une utilisation excessive des énergies fossile

Trouver des réponses qui permettent à tous de se déplacer, en milieu rural comme en ville, sans que les charges financières ne pénalisent les plus fragiles et les rendent captifs de leur lieu de vie

Lisez le compte rendu de cette réunion qui fut riche en propositions

A nous maintenant de faire en sorte qu’elles aboutissent aux changements attendu depuis des années !

réinventer une démocratie vivante

démocratie 2

Réinventer une démocratie vivante

Lundi 14 janvier 18h au foyer de la Halle

 Le Collectif Citoyen est présent dans cette période de débat : il ne s’agit pas pour nous de mettre en place le « grand débat »  organisé par le gouvernement qui annonce dès à présent qu’il n’y aura aucune modification des orientations retenues. En démocratie participative, le préalable à tout débat est que les propositions citoyennes seront être étendues et donneront lieu à des ajustements, à des modifications des politiques en cours.

Depuis 17 ans, le Collectif citoyen organise des débats sur les enjeux de société, la démocratie, les valeurs citoyennes. Depuis 17 ans nous formulons des propositions sur le climat, la mobilité, le soutien aux plus fragiles, le développement de nos territoires…Force est de conter que nos propositions peinent à être entendues et le moment est venu d’en parler.

Nous faisons le constat de difficultés réelles qui affectent notre démocratie : Les richesses se créent , elles sont mal redistribuées : les plus riches voient leur capital en augmentation permanente,  la pauvreté augmente et ce sentiment d’injustice est au centre de tous les débats

Paroles de rond points à découvrir : réunion democratie

Nous sommes majoritairement convaincus qu’il faut revoir nos institutions

Paroles de rond points à découvrir :démocratie 2

 

Démocratie locale3

Dans une démocratie vivante, les citoyens doivent avoir des lieux mis à disposition, des moyens pour travailler, des espaces de dialogue institutionnalisés, la possibilité de construire des projets en partenariat avec les élus, le droit de saisine des institutions sur des sujets d’intérêt général et de protection des biens communs.
Nous croyons au débat, et nous avons tout à inventer. Ce sera l’objet de la réunion de Lundi11 Janvier 18h au foyer de la Halle. Cette réunion sera suivie de la traditionnelle galette des rois.

Venez débattre, partager vos rêves avec nous !

paradis fiscaux : riches mais sans morale

Petit montage maison sur le thème des paradis fiscaux (pour une animation Attac Paris 19-20) !

Slået op af Sonia Gaubert i Fredag den 11. januar 2019

BONNE ANNÉE 2019

Le Collectif citoyen du pays de Dieulefit vous souhaite une bonne année 2019 , pleine de chaleur et de moments de bonheur, riche de cette solidarité et fraternité dont notre société a tant besoin.

Le Collectif Citoyen est présent dans cette période de débat : couleur verte de la lutte contre le réchauffement climatique avec les jeunes d’Alternatiba, couleur rouge des coquelicots à préserver des pesticides, couleur jaune des gilets de la colère, couleur bleue du combat pour sauver ceux qui risquent de finir leur vie, en famille, au fond de la mer, couleur violette des femmes victimes de violence, couleur arc–en–ciel de l’espoir de créer ensemble un monde meilleur soucieux du devenir de notre planète et de tous ses habitants.

Voici le calendrier de janvier 2019 avec les manifestations auxquelles le Collectif citoyen vous invite à participer :

Vendredi 4 janvier 18 H 30 devant la mairie : le quatrième rendez-vous des coquelicots pour demander l’arrêt de l’utilisation des pesticides. Nous y boirons aussi du vin chaud pour fêter la nouvelle année.

Lundi 7 janvier 18 H salle de réunion à la Halle : libre parole. Quels sont les besoins de mobilité dans le pays de Dieulefit ? Quelles solutions proposer à nos élu.e.s pour mieux se déplacer demain ?

Lundi 14 janvier 18 H foyer de la Halle : libre parole. Quelle place pour les citoyens dans notre démocratie ? Comment faire vivre une vraie démocratie participative en associant les citoyens aux décisions qui les concernent. Débat suivi de la galette des rois pour fêter l’arrivée de 2019.

Lettre du Collectif à madame la Maire de Dieulefit

Madame la Maire,

Vous avez tenu à envoyer un message sur la boite mail du Collectif citoyen du pays de Dieulefit à propos de « différents messages apposés sur la mairie » lors du week-end du 25 novembre.

L’affichage de ces messages, pas seulement sur la mairie mais à travers toute la ville, est intervenu dans le cadre des manifestations des « gilets jaunes », mouvement populaire qui n’est, comme vous le savez, nullement téléguidé ou manipulé par le Collectif citoyen.

Vos investigations vous conduisent à soupçonner monsieur Serge Cuvellier, dont l’écriture vous est familière. Si monsieur Serge Cuvellier est bien adhérent du Collectif citoyen du pays de Dieulefit, lui et les autres manifestants à l’initiative de ces affichages agissaient en leurs noms propres, comme partout ailleurs en France.

Le Collectif citoyen du pays de Dieulefit n’a pas la prétention de guider les « gilets jaunes »  ou d’en être un porte voix.

En revanche, nous ne pouvons qu’être solidaires des Dieulefitois.e.s qui ont manifesté, sans heurts, comme « gilets jaunes » à Dieulefit ou Montélimar car ils et elles expriment le malaise, politique, social et économique dans notre pays.

La marche pour le climat du 8 décembre à Montélimar a rassemblé des habitants du pays de Dieulefit, revêtus ou non de « gilets jaunes », montrant bien la convergence de ceux qui dénoncent les injustices sociales et les injustices climatiques. Ce combat est aussi celui du Collectif citoyen.

Nous regardons avec attention le mouvement des « gilets jaunes », qui exprime, entre autres, le besoin de plus de débat public, ce qui est l’objet essentiel de notre association depuis sa création en 2002.

Nous croyons que les Rencontres citoyennes, comme les débats que nous organisons, sans soutien de la mairie, sont une contribution à ce débat public.

En cette période où les maires sont invité.e.s à faire des propositions pour aider à mettre en place ce débat citoyen nous serons attentifs aux propositions de la mairie.

De notre côté nous suggérons, comme première réponse à ce défi démocratique, la création d’une « maison des citoyens » dont la mise en place pourrait être l’objet du premier débat. En effet, si l’espace culturel de la Halle convient aux manifestations importantes, la gestion de son planning est lourde et le coût de sa location se prête mal à des réunions plus spontanées et qui peuvent rassembler des citoyens qui ne disposent pas d’un budget pour se rencontrer et débattre.

Croyez, Madame la Maire, à nos salutations citoyennes.

Rassemblement des coquelicots, tous les vendredi

À l’heure où les gilets jaunes enflamment la France et que leurs manifestations sont reprises par tous les médias il peut sembler dérisoire de participer au mouvement des coquelicots.

Pourtant les choses ne sont pas si simples.

L’aspiration à plus de justice sociale n’est pas contradictoire avec la lutte contre les pollutions et les atteintes à l’environnement.

Jean Gadrey, dans l’hebdomadaire Alternatives économiques du 20 novembre dernier écrit « en France, les 1% les plus riches émettent 40 fois plus de CO2 que les 10% les plus pauvres, mais les 10% les plus pauvres paient 4 fois plus de taxe carbone en proportion de leurs revenus que les 10% les plus riches ».

La nature est elle aussi victime.

Un seul exemple, vérifié par tous les scientifiques et ornithologues sérieux : en 15 ans, 30 % des oiseaux ont disparu en France, nous le voyons nous aussi dans nos jardins et forêts. Plus personne ne dit que ce n’est pas grave.

Alors, les 800 rassemblements qui les premiers vendredi du mois se tiennent dans les villes et villages de France pour que les coquelicots fleurissent dans nos champs ne sont pas inutiles.

Tout comme les signatures de l’appel « Nous voulons des coquelicots ».

Certes ces initiatives sont juste un petit pas, pacifique donc moins médiatisé, mais ils sont aussi l’expression d’une exaspération de ne pas voir les choses avancer, malgré les engagements successifs.

Certes l’abandon des pesticides est programmé, en Europe, mais la reconversion des terres agricoles avance à tous petits pas, alors que les oiseaux et les abeilles disparaissent à grands pas, que les consommateurs sont empoisonnés et que les agriculteurs, les premiers exposés, vivent mal.

Les lobbies au service des entreprises qui vendent les pesticides mettent des moyens colossaux pour influencer ceux qui font la loi et au fil des années, les élus repoussent les décisions quand ils ne reviennent pas dessus.

Il en est de même pour les mesures contre le réchauffement climatique, la disparition des espèces, l’extraction minière, la déforestation.

La France se flattait d’avoir organisé la COP 21 en 2015 et d’avoir fait signer les accords de Paris. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Ce cri d’alerte « Nous voulons des coquelicots » est un combat pour la vie, une façon de dire « ça suffit, assez de tous ces renoncements ».

Il est important d’agir avant que la rage ou le désespoir ne s’imposent à nous quand les coquelicots auront disparu de nos champs.

NOUS VOULONS DES COQUELICOTS

Le journaliste Fabrice Nicolino a lancé un appel pour que les citoyens se mobilisent pour demander un vote de l’Assemblée Nationale pour un arrêt total de utilisation des pesticides ( roundup de Monsanto et autres glyphosates ), dans nos champs et nos cultures.

Le Collectif citoyen soutien cette initiative et vous communique l’adresse du site où vous trouverez plus d’information sur cette campagne et l’appel à signer en ligne :  https://nousvoulonsdescoquelicots.org/

Vous êtes déjà près de 400 000 à avoir signé  cet appel 

Comme dans chaque ville et village de France, un rassemblement est prévu à Dieulefit, chaque premier vendredi du mois (vendredi 7 décembre à 18 h 30 devant la mairie).

Cliquez sur ce lien pour en savoir plus : Affiche A4 J3

 

Bilan des ateliers citoyens : 480 participants

CR Rencontres 18

Cliquez pour lire le bilan !

11 ateliers citoyens  ont été mis en place pendant les 17è rencontres citoyennes avec pour objectif de découvrir différents points de vue sur des sujets qui nous préoccupent, d’échanger, de formuler des propositions.

Notre projet était de donner sens au terme de démocratie participative en quittant la posture des « râleurs » ou des « yaj-ka faut qu’on » qui est souvent reprochée aux citoyens qui se sentent autorisés à réfléchir le monde qu’ils laisseront à leurs enfants. De ces ateliers ont émergé des propositions  et nous avons livré le compte-rendu de tout ce travail magnifique et riche aux élus.

Les débat qui s’en est suivi a montré de nombreuses convergences d’analyses entre les élus et les habitants qui se sont exprimés.
La demande de poursuivre ce travail dans le cadre de commissions participatives, notamment sur les sujets de la santé, du bien vieillir et de la prévention, est mise à l’étude à l’échelle de la communauté de commune et n’a pas abouti à Dieulefit.

 

Goodyear : répression sociale d’une extrême violence !

goodyearcoco

Rassemblement devant le tribunal à 17 heures le jeudi 4 février à Avignon

Bonjour,
Nous venons de signer la pétition « François Hollande: L’APPEL DES GOODYEAR » et nous souhaitons savoir si vous voudriez nous aider en ajoutant votre signature.
Notre objectif est d’atteindre 35 000 signatures et nous avons besoin de plus de soutiens. Pour en savoir plus et pour signer, c’est ici :

pétition

 

Militants écologistes assignés à résidence, syndicalistes poursuivis au pénal, la répression sociale n’aura jamais été aussi violente, renforcée par le contexte d’état d’urgence.

Et deux de plus ! Hier, alors qu’à Amiens (Picardie) huit salariés de Goodyear étaient condamnés à neuf mois de prison ferme, deux militants CGT d’ERDF-GRDF ont aussi été condamnés à 1 000 euros d’amende avec sursis « pour entrave concertée à la liberté de travail » par le tribunal correctionnel de Paris. Les faits reprochés aux deux syndicalistes ? Avoir raccompagné une salariée licenciée à son poste de travail en faisant beaucoup de bruit… Le 15 février 2008, ils étaient plus de 200 agents de l’énergie à soutenir leur collègue, non titulaire, injustement remerciée selon eux. Un large élan de solidarité, mais la direction n’aura retenu que huit têtes, toutes de responsables syndicaux, contre lesquelles elle portera plainte. Sur les huit mis en examen, trois manifestants avaient obtenu un non-lieu. Hier, le tribunal correctionnel a décidé d’en condamner deux. « On nous reproche le fait d’avoir manifesté nombreux, explique Cédric Liechti, secrétaire général CGT du syndicat de l’énergie de Paris, d’avoir interpellé de façon bruyante la direction. Et d’avoir empêché les non-grévistes de travailler. Or, la plupart des agents étaient en grève et on a toujours refusé de nous donner les plannings de production pour savoir qui travaillait effectivement. »

Même si cette condamnation n’a pas de commune mesure avec celle des ex-Goodyear, « ce jugement est important en termes de jurisprudence », s’inquiète Cédric Liechti : « Toute action collective en nombre, à l’intérieur d’une entreprise, pourra être attaquée au nom de la liberté de travail. On devra revendiquer à l’extérieur de l’entreprise. Les deux décisions d’aujourd’hui ont une résonance politique et auront un impact négatif sur le procès des salariés d’Air France. Les syndicalistes sont de plus en plus poursuivis au pénal comme des voyous. »

Chez Goodyear, l’employeur avait retiré sa plainte. Mais le procureur a décidé de poursuivre. Concernant ERDF-GDRF, le parquet avait requis 1 500 euros d’amende, contre 1 euro pour la partie civile. Le climat se durcit pour les militants qui défendent les droits des salariés. Le 4 décembre 2015, un ancien salarié de Tefal a été condamné après avoir communiqué à l’inspectrice du travail des documents de la direction prouvant qu’elle voulait écarter la fonctionnaire gênante. Celle-ci en a informé les syndicats de son ministère et, pour cela, a été reconnue coupable de « recel » et de « violation du secret professionnel ». Un jugement scandaleux. Cinq procédures de licenciement ont été 
enclenchées, mi-novembre, envers des salariés d’Air France, à la suite de l’affaire « de la chemise déchirée » du DRH. Leur procès aura lieu fin mai devant le tribunal correctionnel de Bobigny (Seine-Saint-Denis), pour « violences » sur des cadres et des vigiles en marge du comité central d’entreprise du 5 octobre. D’autres plaintes ont été déposées auprès du parquet de Bobigny, pour « violences » et « dégradations ». Le parquet de Lyon, lui, s’obstine à attaquer en cassation deux syndicalistes CGT pour diffusion de tracts sur l’autoroute en 2010. Le motif ? L’action militante n’aurait pas été déclarée en préfecture. Les syndicalistes ont déjà été relaxés deux fois, mais le procureur s’acharne.

Restriction des manifestations sous couvert d’état d’urgence, militants écologistes assignés à résidence pendant la COP21, bourses du travail menacées… la répression de la contestation sociale n’a jamais été aussi violente : faut-il bientôt craindre une proposition de déchéance de la citoyenneté pour les militants ?