Enfer en Amazonie

«  Nous vous écrivons car un quart de l’Amazonie, ce trésor global de biodiversité, a déjà été détruit. Si la déforestation ne cesse pas, nous parviendrons d’ici quelques années à un point de non retour avec l’effondrement de cet écosystème qui ne pourra plus assumer ses fonctions vitales pour la planète. »

C’est avec cette terrible prédiction que les populations indigènes d’Amazonie lancent un appel à la communauté internationale. Réunis dans l’alliance COICA qui regroupe villages, communautés ainsi qu’associations locales et nationales, ils demandent à l’ONU et aux gouvernements sud-américains de protéger le territoire amazonien.

Les peuples indigènes ne font pas que préserver les forêts tropicales avec leur mode de vie respectueux de l’environnement, ils agissent aussi contre leur pillage par les industries du bois et de l’agroalimentaire, les sociétés minières et les projets de méga-barrages.

Ils sont pour cela souvent menacés, poursuivis ou criminalisés. La conséquence en est de graves atteintes aux droits humains, comme l’assassinat de dix membres d’une tribu isolée par des chercheurs d’or rapporté par le New-York Times en septembre 2017.

La préservation de l’Amazonie est aussi importante pour nous : la forêt tropicale régule le climat de l’Amérique du Sud mais influence aussi celui de la planète. La déforestation à grande échelle provoque l’émission massive de CO2 et favorise les phénomènes météorologiques extrêmes tels que les sécheresse, les pluies torrentielles et les violentes tempêtes.

Les organisations indigènes appellent l’ONU et les gouvernements des pays amazoniens à « agir de manière globale car la déforestation tropicale et les atteintes environnementales dans un pays affectent aussi ses voisins et toute la planète. »

Soutenez leur revendication en signant la présente pétition

https://www.sauvonslaforet.org/petitions/1110/urgent-soutenez-lappel-des-indiens-damazonie-a-lonu?mtu=432890544&t=3610#letter

 

Climat : le rapport des experts du GIEC en 2019

https://vimeo.com/293899294

https://youtu.be/wz9AAEH5-34

Une nouvelle fois, le Groupe d’experts intergouvernemental sur le climat (Giec) nous alerte sur l’imminence de la crise environnementale, sur l’urgence de changer nos pratiques. Après avoir pointé l’inéluctabilité du réchauffement climatique, son nouveau rapport, publié le 8 août, s’attarde sur l’usage des terres, les risques sans cesse accrus de la dégradation des sols liés à des modèles agricoles intensifs. L’agriculture et l’élevage comptent pour un tiers des émissions de gaz à effet de serre, alimentant un cercle vicieux entre destruction des terres et réchauffement.

Il y a des moyens pour briser cette spirale infernale, assure le Giec. Changer nos habitudes alimentaires, en consommant moins de viande notamment, changer de modèles agricoles en renouant avec une agriculture raisonnée et locale, changer de modèle économique sont autant de voies qu’il nous faut emprunter au plus vite pour essayer d’endiguer le réchauffement climatique, rappelle le Giec.

Mais ces avertissements risquent de rester une fois de plus lettre morte. Dans l’indifférence générale, le président brésilien Jair Bolsanaro est en train de détruire l’Amazonie, le poumon de la planète. Plus de 2 000 kilomètres carrés de forêt ont été rasés, rien qu’au mois de juillet. En moins d’un an, il a fait de la forêt amazonienne brésilienne le terrain de jeu des orpailleurs, des accapareurs de terre et de l’agrobusiness, mettant en danger les populations amazoniennes et tout l’équilibre environnemental de la planète.

Et que dit l’Europe ? Rien ou plutôt si. La commission européenne sur le départ a signé en juillet un accord de libre-échange avec le Mercosur, visant justement à augmenter les importations de viande d’Amérique du Sud, de soja et d’autres productions utilisant des pesticides interdits en Europe. Comme pour le Ceta (l’accord de libre-échange avec le Canada), l’Europe s’en tient toujours aux principes du néolibéralisme, de la mondialisation galopante, de la financiarisation d’une économie mondialisée, préférant faire passer le commerce devant toutes autres considérations.

L’urgence est là pourtant. Le mois de juillet a été le plus chaud jamais enregistré. La désertification gagne du terrain dans toutes les régions subsahariennes. Près d’un quart de l’humanité était menacé par une pénurie d’eau. Pour la troisième année consécutive, la faim dans le monde progresse, touchant plus de 820 millions de personnes. Remettant en lumière l’intuition du théoricien de la désobéissance Henry David Thoreau du lien inextricable entre asservissement du monde naturel et oppression des minorités.

Réchauffement climatique: le rapport qu’il faut lire

Un nouveau rapport indique qu’il est « hautement probable que la civilisation humaine s’effondre » en 2050Le seul moyen d’éviter ce scénario serait « une mobilisation d’urgence comparable à la Deuxième Guerre mondiale ».

Image : Mark Garlick, Getty Images

Une sombre analyse présente comme plausible l’effondrement de la civilisation humaine dans les prochaines décennies à cause des changements climatiques. Ce rapport est rédigé par David Spratt, le directeur de Breakthrough National Centre for Climate Restoration, un think tank de Melbourne, en Australie, et Ian Dunlop, qui a été cadre de Royal Dutch Shell et auparavant président de l’Australian Coal Association. Un ancien chef de la Défense nationale et commandant de la Marine royale de l’Australie en signe l’avant-propos.

Ce rapport d’analyse décrit les changements climatiques comme« une menace existentielle pour la civilisation humaine à courte ou moyenne échéance » et présente un scénario plausible des trente prochaines années, si l’on garde le cap actuel.

On y soutient que les « conséquences extrêmement sérieuses » des menaces à la sécurité causées par les changements climatiques sont dans bien des cas beaucoup plus probables qu’on le présume conventionnellement, mais presque impossibles à chiffrer parce qu’il n’y a rien sur quoi se baser dans l’expérience humaine des 1000 dernières années.

Sur la voie actuelle, prévient le rapport, « les systèmes de la planète et de l’humanité vont atteindre un point de non-retour au milieu du siècle, après lequel la perspective d’une Terre en grande partie inhabitable conduit à la désintégration des États et de l’ordre international ».

Le seul moyen d’éviter les risques de ce scénario est ce que l’on décrit dans le rapport comme « une mobilisation d’urgence comparable à la Deuxième Guerre mondiale », mais cette fois, l’accent serait mis sur la construction rapide d’un système industriel sans émission de gaz à effet de serre pour amorcer un rétablissement de conditions climatiques sécuritaires.

D’après le rapport, la trajectoire actuelle conduit à un réchauffement planétaire d’au moins 3 °C, qui déclenchera des phénomènes qui à leur tour amplifieront le réchauffement. Le résultat sera la destruction de tous les écosystèmes importants, « dont les récifs coralliens, la forêt amazonienne et l’Arctique ».

Les conséquences pour l’humanité seraient dévastatrices. Approximativement un milliard de personnes seraient forcées de migrer pour fuir des conditions invivables, et deux milliards de personnes feraient face à une pénurie d’eau potable. L’agriculture dans la zone subtropicale serait anéantie et la production alimentaire à l’échelle de la planète serait gravement affectée. Les États-nations se désintégreraient

« Même avec un réchauffement de 2 °C, plus d’un milliard de personnes pourraient devoir migrer, et dans le scénario où il serait plus élevé, l’ampleur de la destruction dépasse notre capacité de modéliser, et il est hautement probable que la civilisation humaine s’effondre », lit-on dans le rapport.

Dans l’avant-propos, l’amiral à la retraite Chris Barrie, qui a été chef de la Défense de l’Australie de 1998 à 2002 et chef adjoint de la Marine royale australienne, soutient que le rapport « présente telle qu’elle est la situation désespérée dans laquelle les humains et la planète se trouvent, et la troublante mais réelle possibilité de l’extinction de l’humanité sur Terre, de la plus horrible des façons ».

Il travaille aujourd’hui pour le Climate Change Institute de l’Australian National University à Canberra.

En entrevue avec VICE, David Spratt dit qu’une des principales raisons pour lesquelles les risques ne sont pas bien compris, c’est que les projections des gouvernements sont en grande partie trop prudentes. « Comme les menaces sont maintenant existentielles, une nouvelle approche contre les changements climatiques et dans l’évaluation des risques est requise dans l’analyse des scénarios. »

En octobre dernier, VICE a rapporté que des preuves scientifiques montrentque le rapport sur les changements climatiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) préparé pour les décideurs politiques — dans lequel on a reconnu que les conséquences seraient dévastatrices — était en fait trop optimiste.

« j’ai des pesticides dans mes urines et toi ?

Le Collectif Citoyen lutte depuis des années pour une eau saine sans pesticides. Aussi nous vous transmettons les informations des associations en charge de ce dossier dont nous saluons travail.
Bonjour à toutes et à tous
Nous recevons ce jour les résultats des premiers prélèvements d’urines de la campagne glyphosate : « j’ai des pesticides dans mes urines et toi ? ». Un prélèvement qui a eu lieu à Laveyron dans la Drôme le 29 janvier dernier.
Sans surprise,
nous pouvons vous annoncer que l’ensemble des participants est contaminé,
avec des taux dépassant pour certains 35 fois le taux légal autorisé dans l’eau potable.
(les résultats étant confidentiels, nous ne dévoilerons ni les noms ni les résultats dans le détail avant le dépôt de plainte prévu dans quelques semaines)
Comme l’ensemble des personnes testées sur tout le territoire français, nous accusons ce jour la réalité de l’empoisonnement généralisé de l’environnement dans le quel nous vivons quotidiennement, car si nous sommes en capacité d’évacuer nos urines chaque jour, il semble alors que le glyphosate soit présent partout autour de nous.
A titre d’exemple, votre coordinateur départemental, quasi autonome en légume produit maison selon les techniques de permaculture est positif à un taux de 0.23ng/litre d’urine, soit 2 fois et demi le taux autorisé dans l’eau potable.
Sans surprise donc, mais avec la frustration de ne pas savoir ce quelles autres substances toxiques se cachent dans nos corps, et empoisonnent nos vies.
Aussi, nous vous invitons à prendre avec le plus grand sérieux ces résultats et de bien vouloir entendre la volonté de poursuivre notre campagne, nationale et citoyenne, jusqu’au bout de son engagement.
Nous poursuivrons donc,  comme annoncé, en justice, chaque personne signataire et responsable de la mise sur le marché de ce genre de produit chimique de synthèse et à faire en sorte qu’aucune décision publique, et qu’aucun secret industriel ou affairiste ne vienne entravé la santé et l’environnement. 
Nous invitons toutes les personnes qui se demandent si ils sont contaminés eux aussi à rejoindre la campagne et à diffuser eux aussi cette nouvelle.
NOUS SOMMES TOUS CONTAMINÉS.
NOUS DEMANDERONS DONC TOUS QUE JUSTICE SOIT FAITE  !!!
Dans les prochaines semaines, nous déposerons, avec tous les participants aux tests effectués, tous contaminés sans exception, une plainte pour MISE EN DANGER DE LA VIE D’AUTRUI, TROMPERIE AGGRAVÉE ET ATTEINTE A L’ENVIRONNEMENT.
Pour toute question ou demande d’information merci de nous contacter sur ce mail ou sur celui de votre coordination départementale.
Notre bataille est importante et nous devons aller jusqu’au bout.
En vous souhaitant tout de même une belle soirée et un bon appétit…
Pour demain, pour la planète et pour nos enfants.
Solidairement
La coordination des pisseurs involontaires de glyphosate en Drôme

Préparation de l’assemblée générale du collectif citoyen

L’assemblée générale est un moment d’échange important avec les adhérents. c’est une moment de démocratie vivante.
Découvrez le bilan 
d’activité, venez formuler des propositions , poser des question, et inventer la suite ensemble.

Le  Collectif Citoyen entre dans sa dix-neuvième année de bons et loyaux services. Cette association s’est créée pour lutter contre le racisme et la xénophobie,  promouvoir les valeurs citoyennes et la démocratie en 2002 et fut la création d’élus et de citoyens de Dieulefit.

Statuts-Collectif-Citoyen-1

Notre première création collective furent les Rencontres Citoyennes : chaque année un thème est retenu et les associations partenaires sont associées pour réfléchir le monde que nous voulons solidaire et généreux : Osons la fraternité fut le thême des rencontres avec une forte participation aux ateliers participatif comme aux conférences : 480 participants

 


Comme chaque année une grande place fut offerte aux enfants : théâtre de marionnettes, contes, jeux manège, jeux de bois : 250 participants

Le Collectif Citoyen ne gère plus les projets solidaires : C’est avec tristesse que le collectif citoyen a été contraint de passer la main sur les activités solidaires qui furent construites d’années en année, avec beaucoup de travail, beaucoup d’énergie.

Rappel de nos créations solidaires :

L’Espace public internet : parce que le numérique imposé à tous exclut de nombreux habitants qui ont besoin d’accompagnement

Un  lieu partagé ouvert aux habitants, aux professionnels et aux associations qui le souhaitent ( Nommé Tiers lieu par nos financeurs)

L’accompagnement scolaire aux HLM, en ville, au Collège et prochainement dans des villages partenaires

Les jardins à partager et les bacs en permaculture pour réinventer une autre manière de se nourrir

Le cinécitoyen pour une enfance culturelle, respectueuse des règles du bien vivre ensemble

La municipalité de Dieulefit estime que l’ engagement citoyen et militant de notre association n’est pas compatible avec ces responsabilités :  le maintien des subventions a été conditionnées par le départ du Collectif Citoyen, et nous avons abandonné toutes nos responsabilités pour protéger ces belles réalisations qui ne peuvent perdurer sans soutien des puissances publiques (un salaires d’animateur informatique, c’est 20 000 euros l’an, un local, chauffé avec internet et tout le matériel, c’est 10 000 euros l’an)

L’activité a perduré cette année grâce au soutien de la communauté de commune, aux dons, à la CAF.
Désormais l’association Le Lien26 sera seule en charge de ces projets et la réussite de cette nouvelle aventure dépendra de la participation des puissances publiques. Merci à cette nouvelle équipe qui protège, par son investissement, les créations qui furent le nôtres et qui sont indispensables aux habitants comme à la cohésion sociale.

Le Collectif citoyen continue ses activités dans deux domaines :

L’éducation populaire (conférences débats, films, culture, en directions des adultes et des enfants) autour des valeurs citoyennes et du bien vivre ensemble.

Démocratie participative : réflexions sur des sujets de société dont les conclusions sont transmises aux élus qui peuvent, s’ils le souhaitent, s’en saisir.

La protection de l’environnement et la lutte contre le réchauffement climatique : informations, manifestations propositions aux élus sont au centre de notre projet citoyen

Bilan 2018

Action pour le climat avec Irrizina et film animé par les réalisateurs

 Manifestations en vélo avec les jeunes de « Peuples liés et Alternatiba : 200 participants

Une conférence débat sur le Yemen : la salle guerre qui fait tant de victimes : 40 participants

 

Une belle  journée autour de handicap : film et témoignages de personnes confrontées au problème de le Trisomie : 250 participants

AFFICHE-A3

Une exposition pour dire notre solidarité totale avec les personnes en situation d’immigration forcée et notre tristesse de les voir si mal accueillies dans notre pays des droits de l’homme.

Lors des Rencontres citoyennes 2018, le Collectif a remis un chèque 100 € en soutien à l’initiative de Hanna Koch et de ses amis qui ont organisé une collecte de couvertures, vêtements … pour les réfugiés du camps de Calais et ont convoyé ces dons jusqu’à Calais.

Les débats citoyens

Un atelier citoyens sur la mobilité : 40 participants

CR mobilité CC 19-01-07

Deux  ateliers citoyens sur la démocratie : collecte de paroles et propositions aux élus du territoire : 80 participants

réunion  democratiedémocratie 2 Démocratie locale3

Un film suivi d’une conférence débat avec Laurent Auclair sur les démarches communautaire pour une bonne gestion de l’espace au Maroc : 120 participants

et beaucoup de projets à venir découvrir lors de l’assemblée générale

Le collectif citoyen porte des gilets jaunes, rouges, multicolores

Quand la colère prend des couleurs

Le collectif citoyen a respecté la demande des » gilets jaunes » qui revendiquent une totale indépendance avec les mouvements organisés.
Cependant, les messages  que nous portons sont ceux qui s’expriment aujourd’hui sous d’autre formes.

Aussi, nous exprimons par ce message,  la solidarité avec ceux qui parlent aujourd’hui de  leurs difficultés et proposent comme nous une autre manière de faire société.

40 000 immigrés dorment au fond de la mer

Exposition réalisée par le Collectif Citoyen
Lisez la si belle lettre de Cedric Herrou, lue à Alternatiba Bayonne et avec son accord pour une large diffusion.

Chez moi en Roya, les cris de nuit ont disparu.
Les faisceaux lumineux violant la douceur de la nuit ont disparu aussi .
La nuit est calme comme avant, l’avant-tourmente, l’avant quand tout était normal. Plus de gamins arrivant comme le vent sans prévenir après des mois voire des années d’errance entre guerres, mers et déserts.
Je n’ai plus de regards venant d’Afrique étincelés par la volonté de vivre.
La sensation de réconfort de les savoir arrivés chez moi sains et saufs a disparu.
Le tour est bien joué, plus besoin de sévir à Vintimille, à Menton ou ici dans ma vallée.
Le flux, les flots, les sourires, les yeux étincelants d’avenir resteront loin.

Les larmes salées sont désormais leur univers.
Je les imagine calmes sans bouger, le regard profond, cherchant le fond.

Là-bas plus de sens, plus d’envers ni d’endroit, plus de haut ni de bas.

Là-bas plus de larmes, plus de guerre, plus de torture, là-bas tout est calme.

L’Europe aura trouvé la solution ; loin des yeux, loin du cœur. Le flux restera au milieu des flots. La mer méditerranée étouffera peut-être notre silence.
Ma mer, celle de mes frères italiens, tunisiens, portugais ou marocains n’aura plus jamais la même odeur. Je suis né proche d’elle, j’ai grandi avec elle, maintenant quand je la goûte elle a le goût des larmes, je ne sais pas si c‘est elle qui pleure ou bien si c’est moi, ou alors est-ce les larmes de ses nouveaux enfants morts dans l’indifférence.
Ma pauvre mer est accusée d’avoir noyé une partie de l’humanité. Elle est suspectée de crime contre l’humanité.

Ma mer, les jours passeront et je continuerai à te défendre, tu resteras pour moi ni complice ni coupable, tu resteras témoin de l’indifférence.
Je garderai la conviction de ton innocence mais je ne pourrai plus me laisser porter par ta douceur, ni me laisser bercer par tes vagues,  car elles sont pour moi la résonance de ces dizaines de milliers de cœurs éteints, de ces poumons gorgés de toi.
Prends soin de moi, venge toi tant que tu pourras, même sur moi si tu le veux.
Avale moi, broie moi, mélange moi à toi, montre nous que tu es notre mer à tous, que ton rôle est de nourrir l’humanité non de l’avaler.
.
J’aurais voulu être toi, j’aurais voulu être tes vagues violentes pour recracher ces milliers de corps en décomposition sur les responsables de ce crime contre la vie. J’aimerais que l’odeur putride embaume ces hommes gris aux sourires froids, j’aimerais enduire de viscères  en décomposition ces députés, ces ministres, et ces préfets. Ici l’odeur est bien trop douce pour eux. Le monde est injuste, les coupables aux mains propres se déculpabilisent avec cette devise « on ne peut pas accueillir toute la misère du monde », mais la misère je la vois dans leurs yeux, ils sont la misère-même, la misère capable de tuer une partie de l’humanité le sourire aux lèvres. Votre effroyable cynisme rend l’humanité hideuse.
Mais là nous sommes des dizaines de milliers, ici, ailleurs des millions, nous sommes le peuple de la méditerranée. Nous sommes sa voix qui ne cessera de crier, de dénoncer. L homme ne sera pas l ennemi de l’homme car nous resterons humanité .

Transports : quelles propositions pour demain ?

LIBRE PAROLE : Mariette Cuvellier livre au débat son regard sur le problème des transports et vous invite à réfléchir ensemble aux solutions à proposer.

Depuis 17 ans le Collectif Citoyen a multiplié les réunions sur les transports et formulé des propositions pour faciliter les déplacements des habitants de notre contrée. Nous avons proposé des solutions de covoiturage, transmis le plus largement possible le lien sur le site de covoiturage initiés par le département, ouvert au local un tableau permettant de s’inscrire pour covoiturer. Les résultats ne furent pas à la hauteur de nos attentes et nous remettons l’ouvrage sur l’établi car la situation devient alarmante.

C’est au nom d’une volonté écologique que les taxes sur les énergies fossiles sont mises en place et l’augmentation du prix du pétrole sert de prétexte à la création de nouvelles taxes

60% du prix du carburant provient des taxes.

L’article 1er de la loi de Transition énergétique prévoit que pour toutes hausses de la fiscalité écologique, le gouvernement est obligé de baisser à niveau équivalent les taxes sur les produits écologiques »

quelques données pour comprendre 

Analyse du prix réel des carburants avec 1,5€ à la pompe

Poids du pétrole brut 35 centimes

Poids du transport, du raffinage et de la distribution, c’est de 15 à 20 centimes(un montant stable depuis plusieurs années).

Soit un premier total entre 50 et 55 centimes.

Taxes gouvernementales 1€

Taxes et écologie

Taxes sur les énergies fossiles : 23 milliards d’euros

Taxes ciblées sur les mesures écologiques : 3 milliards d’euros

Coût pour les ménages modestes

Augmentation des prix à la pompe :

DIESEL + 23%,

ESSENCE + 14% Les tarifs dépassent désormais 1,5€ le litre

Une nouvelle taxe est prévue en 2019

Les taxes pour un parcoures annuel de 25000km représentent 1500€

Aides pour changer de véhicule 

La prime à l’achat d’un véhicule neuf de 2000€ pour les ménages non imposables et de 1000 euros pour les autres .

Santé publique

L’Organisation mondiale de la santé indique que 9 personnes sur 10 respirent un air pollué et que 7 millions meurent chaque année à cause de l’exposition aux particules fines issues des véhicules et de l’industrie.

Pas de conclusion : le débat est ouvert

Le problème de santé public est bien réel, celui de la pollution aussi, et des solutions doivent être trouvées.
Mais, les solutions actuelles sont inadaptées et très pénalisantes pour les plus modestes.

Tout doit être mis sur la table, en prenant en compte les recherches, avec une nécessaire transparence bien difficile à obtenir aujourd’hui. Surtout,  il et indispensable de prendre en compte les dimensions humaines et sociales du problème avant que la colère prenne les formes les plus absurdes que nous combattons : celles de la montée des extrémismes.

Les solutions alternatives moins pénalisantes doivent être explorées : aide au covoiturage,  amélioration et gratuité des transport collectifs , indemnités kilométriques de compensation… et nous devons y réfléchir ensemble.