Rencontres citoyennes du pays de Dieulefit

Rencontres citoyennes du 27 au 3 octobre 2021

Bonjour à tous et bienvenue aux vingtièmes rencontres citoyennes
Ces rencontres furent très difficiles à organiser dans le contexte du Passe sanitaire, car nous ne voulions exclure personne de ces moments d’échange.


Nous n’avons pas voulu prendre le risque de l’annulation des rencontres citoyennes, ni des sanctions financières hors de nos petits moyens, et c’est la raison pour laquelle nous serons DEHORS mais ENSEMBLE.


Nous avons choisi de maintenir les rencontres citoyennes, parce que le dialogue, la réflexion, les échanges sont plus que jamais essentiels dans une période où des habitants se déchirent, s’invectivent parfois, autour d’une loi qui nous est imposée et sur laquelle nous n’avons aucune marge de manœuvre.

Les modalités : ateliers citoyens, conférences dehors, donc sans passe sanitaire, avec une petite laine, sauf en cas de pluie.
Si d’aventure nous devons rejoindre une salle en cas d’intempérie, (passe obligatoire) nous vous invitons à faire votre choix en toute connaissance de cause. Une seule conférence sera à la Halle (M. Philippe Meirieu) car dans la même période,nous gérons les jeux et spectacles dédiés aux enfants.

La gratuité reste au centre de nos actions quelles qu’elles soient, et ce, depuis 20 ans. C’est le seul moyen de permettre à ceux qui comptent leur budget à l’euro près, de venir échanger, profiter d’un spectacle de qualité ou passer un moment sympa avec les habitants. Nous ne sollicitons aucune subvention pour les ateliers ou conférences : c’est le prix de la liberté ! Seuls les spectacles ou animations dédiés aux enfants bénéficient de subventions de la communauté de commune et des communes de Dieulefit et Poet Laval qui partagent avec nous la passion de la culture pour tous.


POURQUOI PARTICIPER ? ces rencontres sont collaboratives. Les intervenants les organisateurs sont bénévoles ; ils conduisent leurs ateliers et leurs interventions en équipe, et chacun apporte sa pierre à l’édifice.

NOUS RECHERCHONS DES BÉNÉVOLES contact@collectifcitoyen.org

Vous pouvez participer à l’aventure : en soutenant l’association, en adhérant ou en nous donnant les moyens d’agir
Un bulletin d’adhésion : pour nous permettre d’agir ensemble, de nous exprimer via nos journaux (5€ ou 15€ annuels)
Un bulletin de soutien : pour que les rencontres continuent d’exister : vos participations d’aujourd’hui financeront les rencontres de demain.

Notre association est une association d’intérêt général : vos dons bénéficient d’une réduction d’impôts de 66%

Autonomie alimentaire

L’alimentation

C’est un sujet que nous travaillons depuis plusieurs années avec divers intervenants agriculteurs, consommateurs, élus.

Qu’en disent les habitants :

Tous ont le même rêve d’accéder à une nourriture de qualité, sans pesticides, et faire de l’alimentation un acteur de leur santé.

Mais ces rêves sont conditionnés par le pouvoir d’achat et selon les revenus les discours sont différents.

Pour les plus aisés, nos territoires ruraux semblent satisfaisants en termes de diversité, de produits de qualité, d’accès aux circuits courts et aux commerces innovants.


Pour les plus fragiles la situation est difficile.
Les salaires sont bloqués depuis des années. Confrontés à la montée des dépenses obligatoires (énergies, eau, transports…) les familles font de l’alimentation la dernière marge d’ajustement pour finir le mois sans déficit.

Les prix sont décrits comme prohibitifs dans notre ville touristique et cela invitent les consommateurs à rejoindre les pôles urbains (Montélimar, Valréas…) qui permettent des achats à prix plus accessibles. « Nous sommes les RPN (Riz, Pâtes, Nouilles) exprime une habitante et la viande pas besoin de nous dire de diminuer, c’est comme les fruits et légumes on en mange rarement. »

La solidarité est essentielle dans nos territoires sous forte pression financière

Merci aux restos du cœur, à l’épicerie solidaire mise en place par la croix rouge et le CCAS, aux bénévoles qui accueillent les habitants avec beaucoup de bienveillance, et aux donateurs.

Cependant ces aides sont dédiées à des habitants en grandes difficultés.
Des habitants aux salaires faibles demandent aussi des solutions en matière d’alimentation. 

Autonomie alimentaire : les vrais problèmes

Notre pays peut s’honorer de répondre aux besoins de la population. Mais il reste sous pression de l’agriculture intensive qui a été mise en place après-guerre pour répondre à un défi : nourrir notre pays. Ils ont relevé le défi et on leur reproche aujourd’hui les méthodes qui leur furent imposées ! Les accompagner vers les transformations indispensables serait plus efficace.

L’autre pression est un recul de l’indépendance alimentaire, de nombreux produits arrivant du bout du monde, souvent sans aucun contrôle de qualité. Le vote des traités de libre échange permet l’arrivée de produits à bas coûts, chargés en pesticides que l’on retrouve sur nos étalages. 

L’installation de jeunes agriculteurs dans nos contrées est difficile : coût du foncier, captation des terres par les agriculteurs en place.

Quelles solutions ?

Les initiatives locales 

Le Collectif Citoyen et d’autres acteurs se sont mobilisés depuis des années

  • Création de bacs à jardiner aux HLM et à l’hôpital
  • Mise en place de l’opération jardins à partager : une personnes âgée prête son jardin et on partage
  • Formations en compostage et en agroforesterie pour l création de potagers solidaires
  • Une conférence sur ces thèmes à chaque rencontre citoyenne
  • Les jardins dans le bourg de Christian et les jardins de la rigole

Ce sont de belles initiatives à essaimer mais insuffisantes tant qu’on n’aura pas réglé les problèmes suivants :

Manque d’eau + manque de foncier + connaissances du jardinage à approfondir + travail participatif à initier car jardiner ensemble ça rassemble.

A l’échelle du territoire : construire des projets alimentaires

Faire un bilan des réserves foncières et des jachères à remettre en culture

Mettre du foncier à disposition des agriculteurs 

Soutenir financièrement les projets (financements locaux – européens…) liés à une charte de fonctionnement encadrant les prix de vente pour rendre la nourriture de qualité accessible tous

Nationalement ou régionalement : les pactes alimentaires

En finir avec les traités de libre échange qui inondent nos marchés de produits de mauvaise qualité liés à des pratiques culturale esclavagistes.

En finir avec les produits qui font la moitié de la planète avant d’être consommés

Redéfinir les axes de l’autonomie alimentaires en prenant en compte les réalités.

Réduire les marges des intermédiaires (producteurs, distributeurs, industriels), pour faire baisser les prix

Imposer des adaptations aux intermédiaires qui un rôle à jouer , les circuit courts, AMAP ne pourront pas résoudre seul le problème

Soutenir financièrement et prioritairement les fermes qui s’engagent dans des démarches qualité, s’engage dans la supression des intrants chimiques.

Quelques repères 

96% des habitants souhaitent « acheter local »
Mais seulement 2% de baisse des importations ont été constatées
Importation de notre alimentation 20%
Les produits importés :  50% de fruits et légumes, 25% de viande de porc, 34% de volaille, 50% de protéine végétale
Les aides de 9 milliards ne soutiennent pas les petits producteurs inscrits dans des démarche qualité
25% des produits importés ne correspondent pas aux normes Françaises
L’agriculture industrielle coûte chaque année 53 millions de dépollution de l‘eau
Investir dans le maraîchage qui est calibré : 2 ha par producteur, 1500 M2 de serres, 10 000€ d’investissement par exploitation 

Scolarisation des enfants handicapés sur le territoire

Le Collectif citoyen travaille depuis deux ans sur le dossier du handicap. 

Nous avons organisé un forum sur ce sujet en 2019, et la demande de nombreux parents fut de travailler ensemble pour mettre en place la scolarisation des enfants handicapés sur notre territoire.

Actuellement les enfants souffrant d’un handicap sont scolarisés à Montélimar, Nyons, Crest, où ils se rendent en taxi chaque jour dans des classes spécialisées.
Les parents de ces enfants ont formulé une demande précise : créer en urgence deux classes spécialisées nommées ULIS, destinées à l’accueil des élèves en situation de handicap dans le premier et le second degré, sur le territoire du canton de Dieulefit.

La municipalité de Dieulefit travaille à la rénovation de l’école primaire et ces parents souhaitent vivement qu’une étude soit conjointement réalisée pour l’accueil spécifique d’enfants en situation de handicap, dans un espace adapté prenant en compte les caractéristiques des classes ULIS.

La demande de création de postes d’enseignants spécialisés est également au centre de cette étude.

Un groupe de parents concernés a réalisé, sur ce sujet, un nouveau dossier dinformation que vous trouverez sur notre site Internet : collectif citoyen.org.

               Contact : Mme Nadia MONTAGNA nadia.garelli@hotmail.fr

Mobilité sur nos territoires

Le collectif citoyen participe à la vie démocratique du territoire

En s’informant sur les propositions des élus du territoire

En travaillant les dossiers qui sont soumis aux habitants

En donnant aux habitants des analyses, des compléments d’information sur ces dossiers 

Les transports

La communauté de commune a réalisé une enquête sur la problématique des transports. 

L’étude confirme les analyses que nous avons faites lors des ateliers citoyens transports organisées lors des dernières rencontres citoyennes :

Les déplacements se font depuis Dieulefit et sont importants en direction des villes (Valréas, Montélimar, Crest)

La voiture reste la plus utilisées 67% et c’est lié à différents facteurs :

Espace de moyenne montagne et en habitat dispersé, zones travail excentrées qui invitent à un déplacement motorisé

Inadaptation et coût excessifs des transports collectifs sur le territoire, problème que nous soulignons avec force depuis 20 ans ! Modifier les cadence, gratuité, aménagement pour les personnes handicapées ou âgées est l’urgence absolue. 

La marche reste plébiscitée

Le vélo validé par 13% des participants est en progression constante chez les plus jeunes notamment

Le covoiturage organisé fait son entrée dans les transports utile comme alternative à l’autostop et de nombreux habitants sont prêts à expérimenter les transports alternatifs (transports à la demande, auto partage, rézopouce…)

Les aspects financiers restent prépondérants et comme dans tous les domaines les plus fragiles sont les plus pénalisés

Les actions retenues

Communication : autour des mobilités alternatives

Améliorer la mobilité cyclable : pistes, stationnement services vélos

Mobilités « inversés », terme étrange qui veut dire aller vers les habitants : services itinérants, services publics, soins à domiciles

Développer des mobilités solidaires

Coordonner communes et habitants pour identifier les besoins locaux

Mobilité et tourisme : bus touristique, service transports saison touristique, vélos, transports en commun plus fréquents

Soutien financier aux porteurs de projet qui investiront sur ce type de démarches 

Le Collectif Citoyen propose :

Toutes ces actions concernant la recherche de mobilités alternatives sont positives. 

La population âgée de nos territoires a besoin de solutions complémentaires, le vélo n’étant pas adapté à tous et le vélo électrique coûteux, et le covoiturage peu plébiscité par les personnes âgées. 

Les sujets à travailler en urgence : la gratuité et l’augmentation des transports en commun

  • Privilégier toutes les actions qui sont positives pour les populations fragilisées 
  • Gratuité des transports en commun, aménagement et cadencement permettant de se rendre au travail et un déplacement coordonné avec les bourgs voisins
  •  Création de cartes de transport repensées à l’échelle de territoires plus vastes reliant Dieulefit, Valréas, Montélimar, Nyons, Crest 
  • Prêt de vélos de récupération : gratuits en partenariat avec le triporteur (espace de stockage à réfléchir)
  • Vélos électriques : Location à bas coût grâce à une aide dédiée au projet de vélos partagés 

Anticiper sur la mesure interdisant la circulation des véhicules utilisés par les habitants les plus fragiles 

La création de zones à faibles émissions mobilité interdisant la circulation de véhicules (critère 5-4-3, diesel immatriculés avant 2011 et essence avant 2006) est une atteinte supplémentaire aux habitants en difficulté.

L’interdiction de circulation de véhicules polluants pour la qualité de l’air va accentuer les difficultés pour les habitants les plus fragiles qui ne peuvent pas remplacer leur véhicule (même avec des primes !)

Actuellement Paris Lyon Grenoble sont concernés et fin 2021 toutes les grandes agglomérations. Pour les plus pauvres les amendes 63€ pour une voiture 135 € pour un deux roues.

Tant que des solutions alternatives ne seront pas proposées en matière de transport en commun, ces décisions seront vécues commun une injustice supplémentaire, et les amendes inadmissibles.

Ce n’est pas la meilleure manière de convaincre les habitants de se battre pour le climat : Aucune action pour protéger le climat ne peut se faire en pénalisant les plus fragiles d’entre nous ces mesures devenant contreproductives 

Message aux poissons du Jabron. Fin du calvaire

Chers poissons, vous allez bientôt revivre !

Vous êtes malades de la pollution que vous imposent les hommes. 
Sachez que nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour venir à votre secours, mais aussi pour permettre à nos enfants de patauger dans la rivière sans risque.
Citoyens écologistes et engagés dans la protection de la nature, nous avons contribué à la mise en place d’un contrat rivière : aménagement des cours d’eau, dépollution, révision des stations d’assainissement sont nos combats depuis la création du Collectif Citoyen, il y a maintenant 20 ans.

Les experts qui se sont penchés sur votre cas ont proposé des solutions depuis 1985. Une lagune au Poët Laval, puis une lagune plantée de roseaux : échec. Deux ans d’études par de nouveaux experts, la direction de l‘eau, l’Etat, le département, le SIEA, (ses techniciens et ses élus auxquels a été transférée la compétence), ce n’est pas rien : toutes les solutions pour protéger votre rivière et notre territoire qui triple sa population l’été, ont été explorées. Les votes démocratiques des élus du territoire ont validé la solution qui sera prochainement signée : une unité de traitement qui fonctionne efficacement dans des cités du même type.

Mais voilà que certains élus de Dieulefit (pas tous heureusement) sont devenus experts en assainissement ! Ces élus n’ont pas suggéré de modification du projet étudié par le SIEA depuis plusieurs années dans le programme électoral qui nous fut proposé. Ils ne se sont pas même souciés du sujet alors que d’autres élus du territoire y travaillaient d’arrache-pied. Ces élus Dieulefitois n’ont pas la compétence « assainissement » et ne peuvent pas légalement dénoncer les décisions du SIEA prises démocratiquement. Ces quelques élus Dieulefitois se sont improvisés décideurs en assainissement, quelques mois avant la signature du projet final ! Réveil tardif, ils avaient juste oublié les enjeux de la biodiversité et la qualité des eaux…

Première fantaisie « d’écologistes » : quelques élus ont proposé, sans se soucier des avis des habitants, ni des poissons en détresse des solutions tellement fantasques et tellement incohérentes que cela a suscité des rires aussi nombreux que des inquiétudes : séparer les excréments, déposer les urines dans les champs, alors que c’est interdit en agriculture BIO, déposer ses selles au compost alors qu’une structure spéciale étanche est obligatoire en matière de santé et de lutte contre la pollution des nappes phréatiques par les pathogènes. ..Cette fantaisie coûta 11 000€ au SIEA en études nouvelles et se traduisit par un échec total : il faudrait retirer 75% des habitats reliés au tout à l’égout pour vous protéger, vous les poissons pour lesquels nous sommes inquiets !

Le 10 février 2021, alors que le projet de dépollution est en phase terminale ces quelques élus Dieulefitois devenus « spécialistes en assainissement » redécouvrent un autre projet. Cependant, il existe environ 50 techniques différentes à ce jour : caprice d’élus, c’est celui-là qu’on veut ! Quel est ce projet magique ? Les roseaux plantés aérés. Des unités ont été plantées de roseaux dans différentes communes du territoire : il y en a trois qui dysfonctionnent, mais juré, les élus devenus experts en la matière vont faire mieux ! Si on place une mécanique d’aération sous les roseaux (ce qui suppose un socle dur de 5000 m2, des tuyaux d’aération et une machine spéciale pour pulser de l’air) tout ira bien et ne coûtera presque rien ! Une station expérimentale existe mais ne donnera ses résultats que dans quelques années. 

Ce projet, n’est pas sot en soi, mais il a des inconvénients. Il a déjà été examiné par le SIEA quand il a fallu trouver une bonne solution pour la dépollution du Jabron.  Il a été abandonné. Il a maintenant un coût (2,5M d’euros dit l’expertise réalisée), et il n’est pas subventionné parce que ses performances ne sont pas encore établies pour des cités de plus de 5 000 habitants et qu’il est inadapté aux espaces qui subissent pas de fortes sécheresses. Il ne peut donc pas être validé par les instances administratives. Son efficacité, répétons-le, n’est pas garantie à ce jour puisqu’aucune étude de terrain n’est pas encore finalisée. Le cabinet d’expertise spécialisé dans la séparation à la source (INSAvalor) propose des solutions en cas d’échec : si ça ne fonctionne pas on peut augmenter la surface des filtres, donc augmenter son coût. Si ça ne fonctionne vraiment pas on peut compléter ce projet par la séparation à la source (le fameux retrait des excréments humains pour les mettre on en sait où !) afin de diminuer le nombre d’utilisateurs du réseau de tout à l’égout. Il consomme beaucoup d’espace alors que le projet du SIEA va permettre de récupérer 7ha de terrain. Enfin, ce projet arrive quand les élus du SIEA en charge de ce dossier sont en phase du choix des entreprises.

Alors nous, les protecteurs de la rivière pour nos enfants comme des poissons, faisons confiance à ces élus experts de la direction de l’eau et du territoire, du SIEA plutôt qu’a une poignée d’élus qui ne maitrisent pas leur dossier, proposent des solutions fantasques sans les travailler, ce qui a coûté des frais d’expertise (11 000€). Nous saluons le travail des élus de tous horizons politiques qui ont construit depuis plusieurs années un projet de dépollution et l’ont financé : qu’on en soit bien sûr et qu’on se le dise,LES MAIRIES de DIEULEFIT et du POËT LAVAL N’AURONT RIEN À PAYER et LA TARIFICATION RESTERA INCHANGÉE . 


Enfin, nous pensons que la démocratie ne s’accommode pas des comportements autoritaires et propos irrespectueux d’élus qui polluent ce dossier. 

Trois dispositions de la charte des élus sont à rappeler : 

L’élu local exerce ses fonctions avec impartialité, diligence, dignité, probité et intégrité.

 Dans l’exercice de son mandat, l’élu local poursuit le seul intérêt général, à l’exclusion de tout intérêt qui lui soit personnel, directement ou indirectement, ou de tout autre intérêt particulier. 

Le premier réflexe pour l’élu concerné est de s’abstenir de prendre part à tout processus décisionnel concernant le sujet où il se trouve en situation de conflit d’intérêt ou peut être suspecté de l’être. 

Nous demandons aux élus de respecter le droit et leurs partenaires 

 L’élu local doit donner une bonne image de la collectivité et préserver, ou restaurer, la confiance des citoyens dans leurs élus. 

L’appel à manifestation issu d’élus Dieulefitois contre les élus du territoire, les mots dévalorisants, les propos agressifs de certains élus concernant les personnes qui ne partagent pas leurs idées, sont inadmissibles. En voici quelques-uns parmi tant d’autres qui ont été publiés :

« Les mentalités traditionnelles et les cultures conservatrices sont difficiles à changer », frilosité devant l’innovation, chaine bureaucratique…

« L’écolobashing a toutes les audaces et trouve toujours des gens sans vergogne pour faire passer les projets les plus rétrogrades »

« Les Boomers savent de mieux en mieux mettre les autres dans la merde. »

Nous ne reconnaissons pas dans ces propos, la culture de tolérance, d’ouverture, le goût du débat d’idées et d’échange démocratique qui caractérise depuis longtemps le pays de Dieulefit.

Nous ne nous reconnaissons pas dans ce descriptif irrespectueux : depuis 20 ans nous agissons pour le climat, la protection de l’environnement, l’écologie, la culture, le soutien aux plus fragiles.

Et vous qui nous caricaturez, où étiez-vous ces dernières années ?

message des poissons du jabron

Bonsoir à tous

Nous avons assisté à une conférence et ces points de vue étaient tout à fait intéressants, mais on n’a pas beaucoup entendu ce soir-là, comme ces derniers jours d’ailleurs, le point de vue des poissons et de l’ensemble de la faune et de la flore associé au Jabron.

Cela fait plusieurs années que la qualité des rejets de votre station n’est pas bonne.

 Depuis 2016, la Direction Départementale des Territoires de la Drôme a classé votre lagune non conforme en performance, non conforme en collecte et même non conforme en équipement.

Dans le même temps, le Jabron, notre Jabron car c’est notre milieu de vie à nous autres poissons, a été requalifié en zone sensible à l’eutrophisation. Cela signifie en clair qu’à cause de la mauvaise qualité de vos rejets, on manque d’oxygène, on étouffe ! Et cela signifie que cette situation va vous imposer des contraintes supplémentaires sur le niveau des rejets à atteindre en particulier sur l’azote et le phosphore. 

Après 3 ans de réflexion, le SIEA en concertation avec les financeurs comme le Conseil Départemental et l’Agence de l’eau, s’étaient arrêtés à une solution et voilà qu’au moment de la mettre en œuvre, certains veulent tout reprendre à zéro.

Notre message est tout simple. Nous autres poissons, on ne peut plus attendre que vous réfléchissiez davantage à la meilleure façon de régler votre problème parce qu’en attendant, on crève ! Et avec nous c’est à la flore et à la faune, c’est même à la qualité de l’eau des nappes que vous allez continuer de porter atteinte.

Infos : le Maire de Dieulefit et le SIEA expliquent leur choix

Le P’TIT JOURNAL de février vous apporte des compléments d’information sur le problème de l’assainissement qui a suscité bien des débats.
Aux dernières nouvelles, il semblerait que ce projet soit en passe d’être abandonné. Les premiers résultats d’expertise indiquent qu’il faudrait que 75% des habitants abandonnent le réseau d’assainissement collectif payé par les contribuables au profit des toilettes sèches à séparation d’urines pour que les problèmes des nitrates dans le lagunage soient résolus.
Réaménager le lagunage reste bien la seule solution possible.

Les leçons de cette histoire :

Un contact avec les habitants aurait permis d’éviter une expertise supplémentaire et la dépense de 11000 € : ce projet de collecte des urines était inacceptable pour une grande majorité de Dieulefitois et d’habitants du Poët Laval. Les consulter eut été plus économique !

« Dieulefit, village en transition », est le projet de l’équipe municipale de Dieulefit, élue sur ce thème. Il est normal que ces élus tentent de mettre en place leur projet. Mais il doivent aussi composer avec tous les habitants, car une fois élus, ils sont les élus de tous les Dieulefitois : la recherche de consensus est donc une nécessité.

Village ne transition, ne veut pas dire village en régression : le projet qui nous était présenté ressemblait à s’y méprendre à un retour en arrière.

On ne peut pas impunément imposer à une population qui a des modes de vie bien structurés, un projet de société alternatif qui suppose des changements radicaux. Nous devons réfléchir ensemble à la société que nous voulons construire, et trouver des aménagements qui ne font pas de nos villages des « réserves écologiques » mais des espaces qui se développent harmonieusement. Travaillons ensemble des projets qui permettent de préserver l’environnement, le climat, le développement économique, les équilibres sociaux et la solidarité.

Parlons-en ensemble ! Le collectif Citoyen lancera ces débats publics dès que possible et travaillera les dossiers à venir en lien avec les équipes municipales qui le souhaitent.

Démocratie participative à Dieulefit le point

Un engagement de l’équipe municipale

Nous avons pris acte de l’engagement des élus visant à associer les habitants aux choix opérés pour la cité.

Ceci a pris la forme de réunions publiques organisées par la nouvelle équipe municipale pour échanger sur les projets municipaux et les attentes des habitants. Ces réunions représentent une avancée certaine au regard du travail peu consensuel de l’ancienne municipalité.

La place du collectif citoyen dans les espaces de démocratie participative

Associations, syndicats, groupes constitués doivent trouver place dans le projet participatif

Notre association travaille les sujets de la démocratie participative et du développement économique, environnemental et social de notre territoire depuis 20 ans, alliant rencontres avec des experts de tous bords dans le cadre des rencontres citoyennes, rencontres avec les habitants et enquêtes de territoire. 

Notre association n’ayant pas été associée au travail en cours, nous n’avons pu prendre que des positions individuelles dans les ateliers organisés.

Nous demandons expressément que se mette en place une réflexion partagée avec les associations locales, les syndicats existants sur la commune : les groupes constitués ont une légitimité, une connaissance des besoins du territoire de par leur investissement sur la durée et ces prises de position travaillées collectivement doivent pouvoir s’exprimer. 

Certaines de nos propositions concernent des projets gérables localement, d’autres nécessitent d’être portés par les élus auprès des instances décisionnaires (départementales régionales ou sectorielles) 

Le choix des projets à mettre en oeuvre est prématuré :

Les idées ont fusé lors des différents ateliers participatifs ce qui est positif.

Phase de choix des projets :

Des projets importants à fort impact local nous sont présentés. Ils doivent faire l’objet d’une description plus précise pour une bonne compréhension des enjeux par les habitants, leur financement doit être clarifié. 

Les projets pourront alors être choisis sur des critères précis, (intérêt social, environnemental, culturel, économique, bilan coût avantage pour la collectivité…)

Le choix des projets doit se faire avec comme objectif premier la lutte contre les inégalités et le soutien aux populations fragilisées.

C’est à l’issue de ce travail précis de construction de projets, suivi d’une présentation aux habitants qu’ils pourront être retenus.

La maison des associations

Nous sommes satisfaits de la création de la maison des associations : l’existence d’un espace partagé permet aux habitants de se regrouper autour des associations de leur choix, de trouver un espace d’écoute et de propositions. 

La maison des associations permettra des travaux collaboratifs entre association, du partage de matériel et de lieux.

Les projets en cours : faites comme nous, donnez votre avis !

Vous trouverez sur notre site collecticitoyen.org les projets municipaux en cours : nous travaillons ces sujets et vous remercions de bien vouloir donner avis sur ces différents projets.

Résilience alimentaire 

Projets qui ont reçu avis favorable du collectif citoyen

  • Installation des composteurs 
  • Collecte et meilleure gestion des biodéchets issus de structures collectives
  • Mise en place d’un jardin potager et fleuri à l’hôpital (le collectif a offerts des bacs à l’hôpital)
  • Réflexion autour de la cantine durable

Nos propositions complémentaires :

  • Les potagers solidaires : soutenir la création de jardins dans le bourg (notamment aux HLM)
  • Accompagner les initiatives par des échanges de pratique et de la formation
  • Reprendre le projet de jardins dans le bourg avec découverte de légumes originaux (les incroyables comestibles), initiatives qui fut très réussie à Dieulefit (il y a bientôt 10 ans)
  • Réfléchir à l’installation locale de structures paysannes associées à des vente de proximité accessibles à tous. 

Un dossier sur lequel nous mettons de fortes réserves

Assainissement et dispositifs de séparation à la source de l’urine

L’équipe municipale de Dieulefit soutient un projet d’assainissement écologique pour les villes de Dieulefit – Poët laval pour limiter les rejets de nitrates et de phosphores contenus dans les urines et les valoriser sous forme d’engrais. 

Ce sont-là encore des modes d’assainissement expérimentaux qui ne nous semble pas être une priorité pour nos communes. 

Le projet qui concerne Dieulefit et Poët-laval est un projet complexe qui impose des changements importants qui concernent les habitants et des décideurs : toilettes à séparation à installer, nouvelles canalisations à créer, cuves de stockage et système de collecte des urines non structurées à ce jour pour une valorisation en engrais.

Que deviendra l’espace d’assainissement actuel ?

Si ce projet parait séduisant en termes d’écologie, il doit faire l’objet d’une réflexion collective sur les enjeux, son acceptabilité, avant d’engager une étude de faisabilité qui sera couteuse.

Nous sollicitons une rencontre avec les responsables de ce dossier. 

Biodiversité : 

Projets qui ont reçu avis favorable du collectif citoyen

  • Inventaire des ressources en eau
  • Meilleure gestion des eaux pluviales
  • Nettoyage des cours d’eau
  • Réflexions autour du canal du moulin
  • Valorisation touristique chemin de promenade et espace de baignade 
  • Journée de la forêt avec les scolaires 
  • Formation sur les plantes invasives 
  • Formation pour éviter l’artificialisation des sols

Nos propositions complémentaires :

Soutenir les formations en direction de la jeunesse, sur ces thématiques (films débats)

Mettre en place un plan de gestion concertée de la forêt : lien avec les propriétaires forestiers pour une gestion raisonnée et locale du bois en lien avec les besoins des habitants

Mettre en place un plan de protection contre les grands feux

Energie

Biodiversité : projets qui ont reçu avis favorable du collectif citoyen

Gestion écologique de l’éclairage public

Inventaire des alternatives en matière d’énergie et formation

Rénovation énergétique des bâtiments publics

Nos propositions complémentaires :

Organiser avec les partenaires l’isolation rapide des habitats collectifs pour venir en aide aux plus précaire tout en protégeant la planète (priorité aux HLM et aides aux familles en difficulté)

En cas de démolition programmée des HLM pour offrir des espaces de qualité énergétique aux habitants, s’engager à proposer un logement alternatif et le maintien du loyer à bas coût pour les familles concernées.

Mobilité :

 Projets qui ont reçu avis favorable du collectif citoyen

Réflexion sur les mobilités douces 

Appel à manifestation d’intérêt en lien avec la communauté de communes 

Projet covoiturage « Rézo pouce » 

Fête du vélo et finalisation de la vélo route voie verte

Nos propositions complémentaires :

Imposer l’équité en ce qui concerne les taris de car : 

(Montélimar / Privas 1,80€, Montélimar / Dieulefit 4€)

Nous demandons une baisse forte des tarifs, la réorganisation des cadences, la mise en place de rack pour vélos, transport spécial pour personnes handicapées.
Si les élus municipaux n’ont pas cette compétence, ils doivent plaider ces dossiers auprès des structures en charge de ces dossiers, car c’est une attente forte des habitants et l’utilisation des transports collectifs est déterminant pour lutter contre les pollutions   

Augmentation du nombre de navettes locales

Quelle drôle d’année!

Collectif Citoyen du Pays de Dieulefit : « les brasseurs d’idées »

Promotion des valeurs citoyennes – écologie – culture – démocratie participative-solidarité

Contact@collectifcitoyen.org

La vie du Collectif citoyen pendant une année de désastre sanitaire

Pas facile d’animer une association qui s’est construite autour des relations humaines, du débat, de la solidarité, de la culture.

Nous venions de terminer deux festivals magnifiques avec plus de 700 participants quand la crise sanitaire a bousculé tous nos projets.
Il nous fallut naviguer à vue en veillant à ne jamais mettre nos concitoyens dans une situation à risques. Il y eut donc 2 phases dans notre histoire.

Hors confinement nous avons continué à agir :

Nous avons privilégié les activités en plein air, les petits groupes et travaillé les sujets d’actualité 

L’alimentation. 

On sait les difficultés pour de nombreuses familles à accéder à une nourriture saine et parfois même à se nourrir dans notre pays riche.
Trois formations ont été organisées avec un expert pour inviter ceux qui ont la chance d’avoir un bout de terrain à cultiver sans produits chimiques en prenant en compte les connaissances actuelles. On a pu débattre de l’autonomie alimentaire de nos territoires et des stratégies solidaires et de partage qui pourraient prendre forme : donner les surplus du jardin le jeudi matin aux restos du cœur, accompagner autant que faire se peut ces bénévoles qui travaillent magnifiquement.  

Exposition dans le cadre de la journée de la terre en septembre 

Quel plaisir de débattre sous tente au soleil des enjeux de protection la planète et des actions à mettre en place pour sortir de cette grave crise écologique tout aussi grave que le covid qui nous affecte aujourd’hui.

Les activités culturelles en direction de l’enfance : 

Hors confinement nous avons eu la chance d’accueillir et de co-animer un ateliers artistique proposé par le ministère de la culture : Cécile Paysant, (réalisatrice et scénariste de talent) avait choisi comme thématique échanges « Dieulefit 2034 ». Les enfants ou adolescents, accueillis en petits groupes ont discuté des enjeux de notre planète inventé des solutions et réalisé des productions artistiques, un film d’animation : succès total !

Nous avons mesuré le besoin des enfants de partager des moments riches, d’échanger et espérons pouvoir continuer ces ateliers car la culture est le principal ciment d‘une société.

Cinécitoyen : Cette activité du collectif citoyen a plus de 10 ans d’existence : nous offrons aux écoles, des films de grande qualité, réalisés par FOLIMAGE (créateurs Drômois) dont nous sommes les ambassadeurs sur notre territoire.

Les thématiques sont riches diversifiées :  les enjeux de l’environnement, du bien vivre ensemble, de la créativité, de la poésie, des films pour rêver et bien grandir.

On sait  aujourd’hui que l’école ne peut se contenter d’apprendre à lire, écrire, compter et qu’elle a une autre mission : communiquer « la sagesse du genre humain, c’est une de ces idées d’ordre universel que plusieurs siècles de civilisation ont fait entrer dans le patrimoine de l’humanité» Jules Ferry » lettre aux instituteurs 

Nous avons affiché sur ce thème dans le cadre de l’hommage à Samuel Paty défenseur des valeurs citoyennes et la liberté d’expression qui a perdu la vie. Ne l’oublions pas !

Les P’tit journaux et le site Internet pour vous informer ont pris le relai du débat : www.collectifcitoyen.org

Au collectif citoyen on aime la libre parole et le virus ne nous fera pas taire. Aussi nous avons choisi de débattre et d’informer autrement : diffusion des journaux citoyens, site Internet, blog en construction sont d’autres manières de prendre la place de citoyen dans la construction de la cité.

Préparer l’avenir de nos territoires

La période de confinement en pleine période électorale fut complexe. 

Nous avons disparu volontairement de la scène publique dans cette période tendue, pour affirmer indépendance et pluralité.

Mais nous avons participé autrement en réalisant un journal qui fut remis à tous les élus, et aux habitants dans lequel nous avons fait la synthèse des propositions collectées lors des ateliers citoyens 2019 ou par Internet.

Désormais, nous participons aux ateliers organisés par les élus, dans un esprit positif et constructif

Un confinement studieux : Mariette Cuvellier publie un livre, préfacé par Coline Serreau « Citoyenne pas potiche » 

« Désolée pour le dérangement on essaie juste de changer le monde ». 

On peut y découvrir, les enjeux de la citoyenneté, de la démocratie participative, nos créations citoyennes durant 20 années de bons et loyaux services… (Edition Sydney-Laurent en vente à la librairie Sauts et Gambades)

Le nouveau confinement annoncé nous invité encore à davantage de prudence : toutes les réunions publiques ont été annulées depuis octobre et le seront tant que la situation sanitaire ne sera pas sereine.

Prochains rendez -vous : en plein air prioritairement

Dès que possible reprise des ateliers débats mensuels (en construction l’agora mobile et masquée qui sera installée sur le territoire en période de déconfinement)

Les potagers solidaires au printemps : semences en partage, jardins dans le bourg, découverte des initiatives locales 

Les animations cinécitoyennes dans les écoles du canton dès le déconfinement autorisé

Les rencontres citoyennes : 28/29/30 mai 2021 en salle ou en plein air