Formation en permaculture Faisons le point

Bonjour à toutes et tous.

Nous venons de suivre notre 3me formation  en permaculture. Il me semble important de faire un premier bilan. Pour cela nous avons préparé un petit questionnaire auquel nous souhaitons vivement que vous répondiez. 

Tout d’abord un bref retour en arrière pour expliquer d’où vient cette initiative. 

Suite à une conférence que J’ai faite lors des dernières « Rencontres Citoyennes » sur la résilience alimentaire et des retours reçus, j’ai proposé à mes amis du Collectif Citoyen de créer une dynamique pour promouvoir la résilience alimentaire par la création de jardins potagers collectifs ou individuels et de créer un réseau de permaculteurs  pour s’entraider, mutualiser nos achats, partager semences et savoir faire. A la demande des intéressés par le projet, le Collectif citoyen a demandé à André Sieffert un cycle de formation permacole en agroforesterie . Ce cycle de formation a commencé en  Janvier  à Le Poet Laval au jardin partagé de Molans. La  seconde a eu lieu au jardin partagé de Cessonnet  et la troisième chez Alain et Pascale  à  « Graines d’orties »  à Dieulefit.

A la suite de cette dernière formation, après quelques échanges il est apparu la nécessité de passer à une autre étape et de fédérer le groupe que nous formons pour une interaction plus importante et plus structurée. D’où cette petite enquête  sous forme de questions que nous vous soumettons.

Merci de laisser le questionnaire sous format Word afin que nous puissions vous  faire une restitution remaniée. Seul le contenu du questionnaire sera restitué, pas le nom de ceux qui y auront répondu.

                                                                                              Mangal

Voici  le questionnaire à nous retourner, dûment rempli …

A l’avance, merci pour vos réponses.

D’abord faisons connaissance.

Nom/ Prénom/surnom :

Adresse :

Mail :

__________________________________________________________________

Votre activité de jardinier :

Êtes-vous intéressé par cette initiative de réseau de jardinier ?

Quelles compétences pourriez-vous apporter à la communauté ?

Quels projets aimeriez-vous  initier ou/et mener au sein de la communauté ?

Formation

Qu’avez-vous pensé de cette formation, de ce cycle de formation ?

Souhaitez-vous que ce cycle de formation continue sous cette forme ?

Sinon  que proposez-vous ?

Souhaitez-vous une autre formation ?

Si oui, avec quel contenu et sous quelle forme ?

Perspectives

Comment souhaitez-vous que ce projet évolue ?

Qu’attendez vous du Collectif Citoyen ?

Merci pour vos réponses.

La 2me formation en agroforesterie

« Les hommes ont inventé le labour et ont déclaré la guerre à la nature »  Philipp Forrer.

Ce mercredi 11 mars, nous avons eu notre 2 me après midi de formation avec André Sieffer. Cette rencontre à eu lieu au Cessonnet  route de Molans  à 1 km avant le domaine de Molans. Ce jardin en forme de Mandala  est un jardin collectif qui a été initié par les 5 familles du cessonnet  en septembre 2018.

Afin de nous montrer vers quel type de culture il va nous emmener lors de ce cycle de formation André nous a présenté  un film sur le jardin paradis de  Philipp Ferrer. https://youtu.be/Eh2Woo9A1HYLa technique de Philip Forrer pour faire ses buttes consiste à rassembler des troncs sur le sol, à combler les espaces vides avec des branchages, du feuillage, et du broyat de ligneux. En surface il ajoute du fumier frais et 20 cm de terre et enfin de la paille. 

Après ce film André nous a exposé  les points suivants :

  • Plusieurs options pour  démarrer un potager : En septembre, couvrir le sol de paille, de foin ou de tout autre matière végétale ou couvrir d’une bâche plastique (type bâche d’ensilage)  après avoir fauché les herbes. Ou bien après fauchage on procède au semis d’un mélange  de graminée (avoine, seigle, orge, blé ou triticale etc.) et de légumineuse (vesse, luzerne, trefle, sainfoin etc.), avec d’autres semences  (sorgho, tournesol, lin) faucher à maturité en tant que couvert végétal  qui sera restitué au sol en  engrais vert.
  •  Si la parcelle est plein de chiendent : seigle forestier  + lin et vesse sont un couvert qui permet  de diminuer la présence du chiendent, voire de l’éliminer sur un à deux ans. 

Dans les 2 cas attendre un an avant de démarrer son potager.

  • Pour faire des butes : poser des troncs sur le sol,  combler les espaces vides avec des branchages, couvrir de BRF, de fumier frais puis de terre et enfin de paille.
  • Débloquer les sols calcaires : beaucoup de  sols dans le territoire sont calcaire souvent  avec un PH8. Afin de débloquer les minéraux (manganèse, phosphore, bore, molybdène etc.).) il faut diminuer le pH de façon à permettre à l’activité biologique de fonctionner correctement et de libérer certains éléments bloqués par le calcaire (en particulier le phosphore qui est souvent présent en abondance, mais non assimilable par les plantes). L’apport de soufre élémentaire et de kiésérite (Soufre + Magnésium) permet de diminuer le pH du sol. C’est une opération, qui permettra d’obtenir une meilleure croissance des légumes ainsi qu’une meilleure assimilation des éléments nutritifs.
  • Analyse de sol.  Avant de démarrer son potager, il est nécessaire de connaitre le sol de  son jardin afin de, tout de suite connaitre les carences du sol et y palier sans attendre. Nous avons à bourdeau  un laboratoire d’analyse des sols : laboratoire Teyssier route des junchas 26460 BOURDEAU. Tel :  04 75 53 31 43. info@laboratoire-teyssier.com
  • Ration alimentaire des sols.  Beaucoup de sols exploités de longue date sans apports suffisants pour nourrir les sols, sont pauvres en matière organique. A l’extrême, on trouve beaucoup de sols qui sont descendus à des taux situés entre 1 et2% de matière organique. Pour augmenter le taux de matière organique (MO) de 1 % il faut apporter 40 tonnes de matière sèche(MS) par hectare. Cet apport peut se faire sur plusieurs années car il est difficile de l’apporter en une seule fois. Il faut également savoir que la ration alimentaire d’un sol pour assurer son fonctionnement de base, et permettre une activité normale des décomposeurs (microorganismes, vers de terre,…) est de 20 tonnes de Matière Sèche par hectare. Souvent les apports des jardiniers ou des maraichers pour conduire leurs cultures sont bien inférieurs à cette ration de base. Nous sommes donc souvent dans des cas où au mieux on nourri les plantes, sans nourrir le sol, et sans lui donner une chance d’augmenter son taux de MO. 
  • Un sol entre 1 et 2 % de MO ne fonctionne pas correctement et doit dans un premier temps recevoir beaucoup de MO à travers l’implantation de couverts végétaux, l’apport de fumier et si possible avec un apport de déchets ligneux. Ces derniers ont une dégradabilité faible et sont une source de MO pendant plusieurs années. L’augmentation du taux de MO peut prendre entre 3 et 5 années avant de pouvoir trouver un fonctionnement correct des sols. Lorsqu’un sol est déjà à un taux del’ordre de 4 % de MO, la dynamique est différente, le sol présente une activité biologique plus élevée qui lui permet de produire des légumes ou des fruits plus facilement. Certains sols ayant reçu beaucoup de MO peuvent être amené à des taux de MO situés entre 5 et 10 % de MO, voire plus, après quelques années.

NOTRE ANALYSE

Cette 2me journée de formation  avec André a confirmé notre intuition. Nous sommes confrontés à des défis pour mettre en place un potager  que chacun aura du mal à gérer seul sans quelques connaissances de base, Si nous voulons avoir des potagers suffisamment productifs pour aller vers la résilience, certaines étapes sont à maitriser :

  • L’achat de semences. Si vous n n’êtes pas agriculteur ou professionnel avec un SIRET,  Il est impossible pour un particulier d’acheter en  de la vesce, du seigle etc.  dans les coopératives agricoles. C’est-à-dire que vous serez contraints de l’acheter dans une jardinerie en sachet de 500g au prix fort alors qu’on peut l’acheter 1€ le kg par sac de 20kg .Si l’on se regroupe de façon organisé. Nous pourrons  l’acheter en groupe. Le Collectif citoyen qui a un Siret se propose de centraliser les demandes et d’acheter en gros chez les fournisseurs.
  • Pour nourrir le sol. s’il faut apporter au moins  20 tonnes de matières organiques sèches  par hectare et par an. Cela veut dire qu’il faut apporter 2kg/m², dans un jardin de 300m² (notre jardin collectif du Cessonnet) il faut 600kg de pailles ou de foin ou de divers végétaux, gazon etc.  . Cela représente  3 rounds de foin ou paille. Ce qui est impossible étant donné l’épaisseur de paille que cela représenterait. Le broyat ligneux  est une solution car 1cm d’épaisseur correspond à 3kg/m² avec une matière organique qui se dégradera  progressivement sur plusieurs années.  Pour collecter ces matériaux il serait utile de s’organiser collectivement.
  • Il y a bien d’autre  raison de se regrouper. Cela permettra de poursuive le cycle de formation  en agroforesterie avec André, d’organiser  l’achat et l’échange de semences, ainsi de plants de légumes. des coups de main ou des échanges d’expériences permettront à chacun d’avancer. Pour cela nous pensons que les formations sont des temps qui permettront  de constituer  notre groupe de jardiniers. Pour cela nous comptons sur vous pour faire venir vos amis, vos voisins et de venir approfondir au fur et à mesure les différentes connaissances pour conduire son jardin formation.

Participation aux frais : 10€ sont conseillés si vous le pouvez ou gratuité pour nos amis qui subissent des difficultés.


Partager :