Contribution de Jean-rené

L’agriculture dans le « monde d’après« 

2 mots ont résonné particulièrement  à mes oreilles pendant ce confinement, 2 mots que je n’avais jamais entendus. 2 mots  expriment très bien la mobilisation indispensable pour ne pas se faire voler le « monde d’après «  que nous voulons solidaire juste et écologique.

Le KAIROS. (Le moment opportun)
Une vidéo est passée en boucle sur les réseaux socio au tout début du confinement. Un médecin de la pitié salpêtrière interpellai Macron et répéta à plusieurs reprise «  c’est le kairos, c’est le moment de donner tous les moyens nécessaire aux hôpitaux pour faire face à la crise du covid ».
Nous sortons du confinement dans une grande incertitude sur le devenir de nos structures sociales, économiques, financières et politique.  L’incertitude peut –être sujet d’angoisse de peur, de désespoir ou peut aussi être porteur d’espoir, saisir l’opportunité de l’événement pour poser des actes qui vont construire l’avenir que nous voulons tous : « les jours heureux ». Pour cela il faut comprendre et sentir  que nous venons d’entrer dans le kairos de la grande Histoire. C’est dans ces moments de troubles, d’instabilité ou les imprévus font tout chambouler, que les opportunités s’offrent à nous.  C’est maintenant qu’il faut poser les actes qui vont construire les jours heureux.
 Quels actes ?
Le terrain sur lequel  nous pouvons et devons agir et qui nous est vital, est le terrain économique.  Le cœur économique de notre survie est l’alimentation. Et c’est là qu’arrive ce deuxième mot  dont je parlais plus haut.

FOODSCAPING.

Le sens de ce mot n’a rien d’exceptionnel  (paysage alimentaire) mais surtout je vous invite à regarder  ou plutôt à plonger dans cette photo ci-dessous, voila ce que représente ce mot. Cela se passe au Michigan dans une banlieue de Detroit, ancien  fief de la General Motors, la ville est en faillite. Plus d’emplois, plus de service sociaux, plus de politique plus rien. Si, il reste des familles, des familles qui ont du faire face à un défi qui était insurmontable, VIVRE. Ils se sont rassemblé, ont, petit à petit, refait société, se sont organisé pour résoudre les problèmes les uns après les autres. SVP replongez encore dans cette photo, cette réponse unanimes et évidentes de toutes ces familles, des potagers solidaires ou chacun échangent  ses semences ses connaissances, se prêtent des outils, mutualisent leurs forces, leurs enthousiasmes, leurs achats, etc. Ils mutualisent, ils recréent un lien fondamental entre eux et aussi avec la nature.
Voilà, la résilience alimentaire est possible, chez nous aussi dans cette belle nature généreuse du pays de Dieulefit, d’autant plus que les équipes municipales élus ou en passe de l’être s’y sont engagé.  De notre coté au collectif citoyen, depuis l’automne dernier nous avons mis en place « les potagers solidaires ». Pour l’instant nous avons engagé  un cycle de formation en agroforesterie c’est-à-dire potager sous des plantations d’arbres fruitiers. Nous avons la chance Qu’André Sieffert fondateur de l’ADAF  ingénieur agronomes, docteur en biologie, spécialiste de l’agroforesterie ait bien voulu prendre en charge ce cycle de formation. Maintenant que le confinement est fini Ce cycle de formation reprend (voir le compte rendu de la dernière formation).  Nous vous invitons à nous rejoindre à la prochaine rencontre qui aura lieu le mercredi 10 juin  à 14h00 Chez Alain et Pascale à graines d’orties : 318 chemin de la francoise à Dieulefit . C’est important pour vous, pour nous, pour nous tous.

Partager :