Calendrier février

Formation : des potagers solidaires Réunion le Mercredi 12 février 14h
Rassemblement au domaine de Mollans à Poët-Laval 

Protégeons nos bien communs : retraites sécurité sociale, Débats autour du film »LA SOCIALE » ,vendredi 14 février 18h salle des fêtes du Poët – Laval

Les potagers solidaires :

Expérience 2020

Coordinateur Jean-René Le Bas

Une vingtaine de personnes étaient présentes à la réunion de structuration du projet : une fois les axes de cette expérimentation définis, le travail se mettra en place avec 4 axes

Trois équipes s’engagent dès à présent dans ce projet mis en place et coordonné par l’équipe du Collectif Citoyen

Réalisation collective de 3 potagers solidaires expérimentaux dont chacun pourra suivre l’évolution (films, photos, exposés sur les difficultés et les réussites)

Des formations ouvertes à tous par des professionnels ou des jardiniers experts qui suivent le projet et apportent des compléments d’information indispensables 

 4 Un travail de communication pour transmettre les savoir-faire, proposer des solutions aux problèmes repérés.

1ére formation : Formation avec André Schiffer
Association Drômois d’Agroforesterie  
Réunion le Mercredi 12 février 14h
Rassemblement au domaine de Mollans à Poët-Laval 
Les thèmes abordés 
Concevoir son plan de production 
Prévoir son calendrier de semis en fonction de la superficie disponible
Réaliser sa commande de semences : Prévoir les quantités, choisir les espèces et variété pour le démarrage du jardin 

Le sens de ce projet : anticiper les crises à venir et organiser la résilience de nos territoires

Les difficultés en cours ou annoncées, nous invitent à innover et mettre en place des stratégies de résilience. Le domaine de l’alimentation est un axe essentiel sur lequel nous travaillons depuis des années et qui prend une nouvelle forme cette année par l’expérimentation de potager solidaires.

Comment ?

En commençant par faire ensemble : une équipe de jardinier est créée et se lance dans l’aventure pour :

Se confronter aux réalités en réalisant les potagers solidaires

Jardiner ensemble sur des terrains divers : certains sont déjà repérés d’autres pourront être recherchés ou proposés

Partager les savoirs et les savoirs faire : des professionnels accompagnent cette démarche : formation, suivi des réalisations, analyses de difficultés et des réussites, recherche collective de solutions

Mutualiser : matériel, achats de graines sélectionnées pour leur qualité et leur adaptabilité (répondre aux enjeux climatiques de nos régions) 

Essaimer : proposition de transmette des résultats de ces actions/projets solidaires, transmettre les conclusions des observations à un large public. Réalisation de films, banque de photos…

Proposition de Mila (notre plus jeunes jardinière) d’associer le « mille club » des jeunes en les aidant à réaliser leurs jardins : ainsi on pose des jalons pour l’avenir, on redonne le plaisir de faire ensemble. 

Une expérimentation à plusieurs facettes

Recréer du lien social à l’échelle humaine par une action commune

Se rassembler à l’échelle d’un quartier, par intérêt pour le jardinage et retrouver confiance en nous 

Recréer l’intimité avec la nature 

Recontacter notre capacité à créer de l’abondance par la nourriture : toutes les civilisations ont commencé par l‘agriculture !

Reprendre notre destin en main et ensemble réaliser un destin commun

La solidarité est une valeur qui est au centre du projet 

Réussir les potagers solidaires : Aller d’abord sur le terrain et faire ensemble, faciliter les rencontres, montrer des techniques, se les approprier …

L’entreprise collective doit être un plein succès : une expérience en cours dans le domaine de Mollans a déjà montré la faisabilité et la richesse de ce projet.

Chacun prend possession du projet dans un esprit collaboratif 

Les jardiniers n’hésitent pas à faire appel à des compétences extérieures qui accompagneront la démarche.

Soutien de jardiniers professionnels qui apporteront leurs savoirs faire 

Les formations 

1ére formation (gratuite, libre participation aux frais)

Formation avec André Schiffer Association Drômoise d’Agroforesterie

Le lundi 3 février 14h

Rassemblement au domaine de Mollans à Poët Laval puis visite de sites

Les brigades jardinières : un projet collectif de qualité
Création d’un potager solidaire est décidée ensemble : chaque groupe choisit son lieu, son organisation, ses méthodes de travail : animation collective, collecte de questions, recherche de réponses ensemble.
Le collectif citoyen se positionne comme coordinateur des projets et en assure la communication. Des conférences seront organisées pour faire découvrir diverses démarches aux jardiniers, aux habitants et enrichir les pratiques

La gratuité et au centre du projet : les achats, conférences sont pris en charge par le Collectif Citoyen : chacun a connaissance des dépenses engagées et participe librement aux frais en fonction de ses moyens. 

Un chantier participatif est suivi d’un repas partagé, la fête et la bonne humeur étant au centre de tout projet : la bienveillance, le sens des belles choses, le bonheur partagé sont essentiels pour réussir tout projet collectif. (grincheux s’abstenir)

Mutualisation, achats solidaires, collectes diverses, tout ce qu’on pourra faire ensemble…les acteurs ont proposé

Travail autour de la pérennité des semences (les acheter après formation)

Prendre contact avec « Graine de trocs » et des producteurs locaux

L’idée finale, c’est de réapprendre à faire des semences à partager comme le faisaient nos anciens.

Rechercher des matériaux : sciures, bois pour bacs de permaculture… 

Réfléchir aux problèmes de la conservation 

Quelques messages : les jardiniers présents à cette réunion dynamique et chaleureuse ont dit : 

« Lors du premier potager solidaire, j’ai découvert l’importance du jardin pour se reconnecter à la terre. Nous étions très amateurs, j’ai envie d’en apprendre un peu plus. »

« C’est une expérience personnelle riche, une manière de se faire du bien »

« Ce qui est intéressant c’est qu’on est amateur et cela amène de la joie »

« La nature nous offre une abondance : jardiner c’est un réflexe de résilience avant la catastrophe » 

« Psychologiquement, c’est très très fort : Cela nous dissocie du capitalisme et notre façon de se nourrir va nécessairement évoluer » 

« Partage : on pourrait faire des conserves ensemble et donner les surplus à ceux qui en ont bien besoin »

« Je me suis imaginé dans la peau d’un agriculteur : si on avait que ça pour se nourrir on n’y parviendrait pas : vraiment je salue leur travail » 

« On pourrait déposer une demande de subvention, car c’est une action d’intérêt général »

A l’issue de la réunion, les tâches ont été réparties pour commencer rapidement l’expérimentation et faire le lien avec les habitants.

Partager :