Enfer en Amazonie

«  Nous vous écrivons car un quart de l’Amazonie, ce trésor global de biodiversité, a déjà été détruit. Si la déforestation ne cesse pas, nous parviendrons d’ici quelques années à un point de non retour avec l’effondrement de cet écosystème qui ne pourra plus assumer ses fonctions vitales pour la planète. »

C’est avec cette terrible prédiction que les populations indigènes d’Amazonie lancent un appel à la communauté internationale. Réunis dans l’alliance COICA qui regroupe villages, communautés ainsi qu’associations locales et nationales, ils demandent à l’ONU et aux gouvernements sud-américains de protéger le territoire amazonien.

Les peuples indigènes ne font pas que préserver les forêts tropicales avec leur mode de vie respectueux de l’environnement, ils agissent aussi contre leur pillage par les industries du bois et de l’agroalimentaire, les sociétés minières et les projets de méga-barrages.

Ils sont pour cela souvent menacés, poursuivis ou criminalisés. La conséquence en est de graves atteintes aux droits humains, comme l’assassinat de dix membres d’une tribu isolée par des chercheurs d’or rapporté par le New-York Times en septembre 2017.

La préservation de l’Amazonie est aussi importante pour nous : la forêt tropicale régule le climat de l’Amérique du Sud mais influence aussi celui de la planète. La déforestation à grande échelle provoque l’émission massive de CO2 et favorise les phénomènes météorologiques extrêmes tels que les sécheresse, les pluies torrentielles et les violentes tempêtes.

Les organisations indigènes appellent l’ONU et les gouvernements des pays amazoniens à « agir de manière globale car la déforestation tropicale et les atteintes environnementales dans un pays affectent aussi ses voisins et toute la planète. »

Soutenez leur revendication en signant la présente pétition

https://www.sauvonslaforet.org/petitions/1110/urgent-soutenez-lappel-des-indiens-damazonie-a-lonu?mtu=432890544&t=3610#letter

 

Partager :