VIEILLE MOI JAMAIS

Bien se soigner et bien vieillir sur nos territoires ruraux

Le Collectif Citoyen du pays de Dieulefit/Bourdeaux organise à chaque année un atelier sur ce sujet dans le cadre des rencontres citoyennes.
Cette année encore nous avons débattu des EHPAD avec Nicole Mérico, avec Myriam qui nous a parlé du problème du manque criant de soignants et des difficultés nombreuses de cette profession.

Fut également travaillé l’enjeu important du départ prévisible de nos médecins, problème très lié aux deux premiers et de la nécessité impérieuse de trouver une solution avant que le désert médical ne s’installe.

Nous devons passer des réflexions partagées à la phase des réalisations à mettre en place sur nos territoires sans attendre que les difficultés prennent forme.

On en avons parlé avec humour : Samedi 26 février 15h30.  La Dieselle compagnie nous a présenté une comédie décapante et bienveillante pour ouvrir le débat auquel furent conviés les habitants et les associations en charge de ce sujet. 250 participants se sont régalé de ce moment de culture et de réflexion.

page2image1458040960

Bien vieillir : ça se discute !

Le collectif citoyen continue à prendre sa part dans ce débat d’intérêt général et souhaite ouvrir largement la concertation sur ces sujets afin que des projets prennent forme, se structurent, s’expérimentent à l’échelle d’un quartier. Nous sommes persuadés que les énergies regroupées permettront d’inventer la suite et sauront se donner les moyens de la réussite en toute indépendance.

Bien vieillir : ça s’organise

Ce sujet doit se traiter bien avant que la dépendance qui concerne 4% des personnes âgées ne s’installe. Cela suppose que nous prenions le temps ensemble, d’organiser le grand âge qui nous concernera tous un jour ou l’autre. Ensemble veut dire élus, associations, citoyens, structures institutionnelles. 

A chaque âge sa solution : Oiseau en cage cute mascot Image Vectorielle Stock - Alamy

Il y a une première phase pendant laquelle ce problème est peu posé. Chacun trouve sa solution chez soi et les premiers signes d’isolement se font jour dans un anonymat dangereux. 

Il faut travailler ce sujet du « bien vieillir chez soi » quand on est encore en pleine forme, et faire en sorte que cela ne soit pas la même vie que ce petit oiseau fragile qui vit seul dans sa cage et auquel on porte la becquée chaque jour. 

Il faut ouvrir les cages aux oiseaux, comme on doit ouvrir nos maisons aux autres.

Épinglé sur Modèles de patchwork

Et ça ce n’est pas magique dans une société ou le repli sur soi est fort : cela s’organise et nous avons des expériences en la matière sur notre canton : ce sont les lieux d’habitat coopératifs dans lesquels les ainés et les plus jeunes collaborent. Mais il n’est pas obligatoire d’habiter ensemble pour bien vivre ensemble : il y a les lieux d’habitats individuels qui fonctionnent sur un mode coopératif grâce à des associations qu’on appelle les conseils ou comités de quartier et qui fonctionnent bien. 

Au quartier des Rouvières 

DES HABITANTS TENTENT L’EXPÉRIENCE  DU BIEN VIVRE ENSEMBLE, CHEZ  SOI

  Création d’une coopérative d’habitants 

Pourquoi ?

Parce qu’un conseil de quartier, a ses propres règles fondées sur le respect de l’intimité d’un foyer : c’est une grande force ! 

Chacun chez soi avec ses modes de vies, ses croyances, ses orientations philosophiques et politiques. 

Mais tous ensemble pour penser la vie locale et la solidarité entre habitants. Les portes se sont ouvertes, des mutualisations se sont déjà mises en place et les solidarités prennent forment.

Grâce à des petits moments de partage, de convivialité, on se connait, on se parle sur le chemin et quand l’un d’entre nous va mal, on peut répondre présent.

Parce que le conseil de quartier des Rouvières est déjà fort bien organisé, exemplaire en la matière, il est se lance dans l’aventure.

C’est sur ces lieux qu’il faut commencer à innover, car les liens sont déjà tissés et l’aventure solidaire peut facilement commencer. Si l’expérimentation est une réussite et elle le sera, elle pourra s’étendre à d’autres quartiers.

Sans ce travail de construction d’un projet cohérent autour du bien vieillir chez soi, la cage se refermera nécessairement et l’oiseau attendra tristement le plat du jour.

Cage à oiseaux Images, Stock Photos & Vectors | Shutterstock

Projet à suivre 

Communiqué du mouvement de la paix

PLUS QUE JAMAIS DIRE STOP A LA GUERRE EN UKRAINE

CONDAMNATION DE L’AGRESSION MILITAIRE DE LA RUSSIE CONTRE L’UKRAINE
NON A L’ENGRENAGE MILITAIRE, OUI A UNE SOLUTION NEGOCIEE
SOLIDARITE AVEC LA POPULATION UKRAINIENNE

Amitié avec nos amis Ukrainien qui souffrent

Le Mouvement de la Paix demande instamment que la France soit porteuse – sur le plan international – d’une proposition de paix pouvant s’articuler ainsi :

  • Obtenir un cessez-le-feu et l’arrêt de l’agression russe.
  • Mettre en œuvre l’accord de Minsk 2 de 2015 qui repose sur un cessez-le-feu durable, sur le respect de la souveraineté et de l’intégrité de l’Ukraine et sur une solution d’autonomie pour les territoires des républiques auto-proclamées du Donbass.
  • Pour que cette option multilatérale, alors validée par l’ONU et l’OSCE, par la Russie et l’Ukraine notamment, puisse s’imposer et contribuer à une solution politique globale. Il est nécessaire que l’Ukraine obtienne un statut de sécurité collective, d’indépendance et de neutralité qui soit lui-même garanti par l’ONU et en particulier par le Conseil de sécurité des Nations Unies.
  • Une solution de ce type constituerait un pas positif dans un processus de négociations qui doit désormais s’inscrire dans le cadre de l’ONU, dans le respect des buts et des principes de sa Charte des Nations Unies.
  • L’arrêt des livraisons d’armes dans le respect du Traité sur le commerce des armes ratifié le 24 décembre 2014, interdisant de vendre des armes aux pays en guerre.
  • Que soit envisagée la mise en place d’une force d’interposition des Nations Unies.
  • Développement d’une aide humanitaire d’urgence en faveur de la population ukrainienne et des réfugiés fuyant l’Ukraine.

Il est encore possible de rompre l’engrenage fatal de la guerre. Les nombreuses manifestations à travers le monde – y compris en Russie à Saint-Pétersbourg et Moscou malgré la répression – montrent que les opinions publiques se mobilisent massivement en faveur d’une solution politique et diplomatique.

La France doit prendre les initiatives nécessaires pour réunir l’ensemble des pays européens et entamer en urgence la négociation d’un traité de paix et de sécurité commune en Europe, dans l’esprit de l’Acte final de la Conférence d’Helsinki sur la sécurité et la coopération en Europe, incluant le retrait de la France de l’OTAN et à terme, la dissolution de l’OTAN, tout en replaçant les Nations Unies au cœur de la construction d’un monde apaisé.

Le Mouvement de la Paix réaffirme avec insistance la nécessité d’une réduction des dépenses d’armement qui ont doublé en 20 ans au plan mondial, de la mise en œuvre du Traité sur l’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN) entré en vigueur en janvier 2021. Accumuler encore plus d’armes, élargir l’Otan ; maintenir et moderniser l’arme atomique, c’est la voie de l’insécurité pour les Ukrainiens comme pour tous les peuples, c’est une dérive suicidaire qu’il faut stopper. Il faut mettre en œuvre la Charte des Nations Unies et les résolutions de l’Onu sur la Culture de la Paix et sur les ODD (Objectifs de Développement Durable).

Le Mouvement de la Paix appelle au développement d’une solidarité matérielle en faveur du peuple ukrainien en soutenant les associations caritatives.

C’est sur ces fondements que le Mouvement de la Paix appelle à participer aux rassemblements initiés par le collectif national des marches pour la Paix le 2 mars et le 5 mars 2022 partout en France.