« La crise climatique ne sera elle pas réversible »

Dominique Bourg

Nicolas Hulot a mille fois raison : on peut lire ce qui nous arrive comme une forme d’avertissement. Le défi est de trouver une vitesse de croisière qui nous permette à terme d’avoir des émissions de gaz à effet de serre réduites. Et le problème avant cela, c’est la descente radicale et rapide avec laquelle on devrait procéder. Que ce soit le rapport du GIEC daté d’octobre 2018 ou le rapport 2019 de l’ONU, les deux disent la même chose : si on veut éviter d’exploser les 2 degrés d’ici la fin du siècle, cela signifie que l’on doit dans les dix ans réduire nos émissions de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale de plus de 50%. D’ici 2030 !

Avec le coronavirus, on vit une crise sanitaire mondiale dont on ne sait pas si elle fera des dizaines ou des centaines de milliers de victimes. Ce qui est gigantesque en quelques mois et gravissime. Mais ça, c’est un moment. Avec le réchauffement climatique et l’effondrement des écosystèmes, ça va ensemble, c’est une dégradation au très long cours, sans qu’il y ait de réversibilité, sans qu’on puisse imaginer de sortie. Alors que l’on sortira un jour de la crise de coronavirus.À LIRE AUSSI

ACTUALITÉSCovid-19 : la santé publique, un argument massue à appliquer au changement climatique

Interrogé par une consoeur de France Culture, l’économiste et écrivain Jacques Attali fait le constat suivant : « L’humanité n’évolue significativement que lorsqu’elle a vraiment peur« . La crise sanitaire que nous traversons, la peur qu’elle suscite nous fera-t-elle fatalement évoluer vers une société plus résiliente ?

Il y a peur et peur. Evidemment, nous autres humains, on ne bouge pas si on n’a pas des émotions et la peur est une des émotions qui nous fait bouger. Mais attention, quand la peur se transforme en panique, cela peut nous figer ou alors on prend des décisions qui sont des décisions absurdes. Mais là on peut espérer – mais vous savez l’humanité est bizarre – que, pas simplement la peur mais la peur d’un côté et l’expérience d’un changement radical du quotidien de l’autre avec le coronavirus, c’est quelque chose qui devrait plutôt être un moteur pour nous amener enfin à concevoir la nécessité de devoir changer sur la longue durée nos comportements.

« S’attaquer à la crise climatique, c’est s’attaquer à du structurel et c’est une autre affaire »

D’autant que cet épisode du coronavirus montre que l’on peut prendre des mesures urgentes, très radicales et coûteuses aussi pour s’adapter à un danger qui nous menace. Pourquoi ne serait-ce pas possible face à l’urgence climatique ?

Parce que l’on s’attaque à du structurel. Trouver un nouvel équilibre de nos sociétés n’est pas une mince affaire. C’est toute la difficulté de ce qui est devant nous. C’est vraiment un changement de civilisation que l’on doit conduire de façon rapide, consciente et volontaire.

Les citoyens y sont-ils prêts selon vous ?

Absolument. Plusieurs sondages récents disent en gros qu’une majorité de la population française a déjà réalisé une sorte de bascule culturelle. Je dis bien seulement culturelle. Cela n’amène pas forcément les gens à changer leur comportement, ni même, c’est le plus facile, leur bulletin de vote. Mais en tout cas, ils ont compris que le monde consumériste sans limites était fini et que quelque chose comme une sobriété allait s’imposer. C’est quand même déjà très intéressant. 

Je pense donc qu’il y a une espèce de pédagogie de fond qui a connu un coup d’accélérateur extrêmement important avec l’été 2018, parce que c’est la première fois qu’on a vraiment senti en Europe ce qu’était le réchauffement climatique. La démission de Nicolas Hulot a dû jouer aussi son rôle. Voilà. Un mouvement est parti, une bascule des esprits qui est en cours et puis arrive évidemment cet événement gigantesque qui est ce coronavirus à l’échelle mondiale.

« Il va falloir se battre contre la tentation des politiques …de ne rien changer »

Qu’est-ce qui peut l’emporter entre des promesses de changement de modèle à l’avenir évoquées en France par Emmanuel Macron et « un énième sauvetage », disent les écologistes, du système économique actuel ? Avec actuellement dans le monde, des pays comme la Pologne, qui demandent déjà à remettre à plus tard les efforts à mener dans la lutte contre la crise climatique.

L’attitude de la Pologne ou de certaines multinationale sont intolérables, insupportables. Et là, il va falloir se battre. Dès maintenant et à la sortie de la crise du coronavirus. On sait que l’imaginaire des néo-libéraux est restreint, limité ! Ce sont les gagnants du système et ils n’ont aucune envie d’en changer. Les grands pétroliers, tous les grands acteurs économiques ne veulent pas changer. Et le gouvernement actuel a mené cette politique néo-libérale avec un certain talent depuis plus de deux ans. En détricotant les services publics avec une hypocrisie fondamentale sur la biodiversité et le climat. On a pu voir que rien n’avait bougé après la crise financière de 2008 et les promesses de Nicolas Sarkozy. Il n’y pas de raison de penser que ce qui existe déjà ne va pas être reproduit mais simplement ils vont devoir le faire dans un contexte très différent. Le coronavirus n’est pas la crise financière. La crise financière de 2008 a eu un impact économique non négligeable et un impact démocratique puisqu’elle a beaucoup contribué ensuite à la montée des populismes. Mais il s’agit là d’une crise de l’économie réelle. Le monde réel est affecté. Et si cette crise se prolonge dans un pays démuni face à l’événement, comme l’est la France, le pays ne sera plus seulement démuni mais ruiné.

Assiste-t-on à une réhabilitation de la parole scientifique avec cette crise du coronavirus ?

Déjà, le mépris affiché jusque là vis-à-vis des scientifiques vient des politiques et des économistes. Quand vous voyez que dans les articles des grandes revues d’économie néo-classique, il y en avait 0,07% qui concernent l’environnement, vous comprenez qu’il y a un petit problème. Et ces revues constituent la source d’inspiration de nos politiques. 

En revanche, regardez la jeunesse, la grève des jeunes pour le climat, le mouvement « Extinction Rebellion », etc., beaucoup mettent en avant nos connaissances scientifiques notamment sur le climat. 

Mais attention : les scientifiques interviennent sur le diagnostic mais beaucoup moins sur les solutions. Il y a une différence entre diagnostic et prise de décision. Avec le coronavirus, on a une interaction entre politiques et sciences qui est très différente de celle qui se passe quand on parle de climat.

« Vite, redonner des moyens aux services publics »

Quels changements appelez-vous de vos vœux à l’avenir dans le sens d’une société plus résiliente face aux crises ?

Je reste philosophe et comme le dit Hegel « Ce n’est qu’au début du crépuscule que la chouette du Minerve (déesse de la sagesse dans la mythologie romaine dont le symbole est la chouette) prend son envol« . Nous ne sommes donc pas sortis de cette affaire. Et là, on produit des analyses à chaud. Il faudra produire des analyses à froid et avec distance. Une analyse à chaud est toujours pleine de risques. 

En tout cas, cet événement et la façon dont on y fait face montrent et mettent vraiment en évidence l’absence et l’impuissance de l’Etat. De façon très claire. Ce ne sont pas les soignants qui diront le contraire. Quand on a à faire à une crise de cette ampleur là, les pouvoirs publics deviennent un agent décisif car le marché par définition ne va pas vous mettre de côté un milliard et demi de masques comme cela a été fait pour la crise du H1N1 par Roselyne Bachelot. Seul un Etat peut anticiper, veiller, garantir. Il doit être plus vigilant, voir plus loin, avoir un mode de raisonnement qui ne soit pas enfermé dans l’actualité mais qui tienne compte des crises précédentes et à venir. C’est le rôle de l’Etat pour assurer la sécurité de ses citoyens. Et le paramètre « santé » est le paramètre fondamental. On voit le résultat des politiques néo-libérales qui ont détruit plus de 17 000 lits d’hôpitaux, anéanti les réserves de masques et qui ont tout renvoyé à des agences locales. Tout cela dans un esprit « tchatchérien » ridicule, cinquante ans après. Faut vraiment être « con » passez-moi l’expression.

Notre modèle économique est mortière

TRIBUNE

Libre parole Pierre Khalfa Economiste

Pierre Khalfa : « La crise du coronavirus montre que le régime économique et social actuel est mortifère »

Dans une tribune au « Monde », l’économiste Pierre Khalfa réagit à celle publiée par le Prix Nobel d’économie français Jean Tirole et estime que c’est « le mode de développement induit par le capitalisme productiviste » qui est aujourd’hui responsable de la crise économique planétaire.

Tribune. Il semble que la crise sanitaire actuelle soit propice à des prises de position à première vue surprenantes. Après Emmanuel Macron, suivi par ses ministres, faisant l’éloge de l’Etat-providence et des services publics et affirmant que le jour d’après ne ressemblerait pas au jour d’avant, voici le Prix Nobel d’économie (2014) Jean Tirole qui, dans un point de vue dans Le Monde (« Allons-nous enfin apprendre notre leçon »Le Monde du 26 mars), appelle à un changement de comportement et de politique.

Pour quelqu’un qui avait soutenu sans faillir les politiques néolibérales, voilà une prise de position qui mérite attention. Jean Tirole serait-il sur son chemin de Damas ?

Tout d’abord, il faut remarquer qu’il évoque non pas l’économie, mais les sciences sociales. Assez curieux pour quelqu’un qui s’était vivement opposé à la création dans les universités d’une section « Institutions, économie, territoire et société », visant à intégrer l’économie au sein d’un ensemble plus vaste, au motif que cela serait « une catastrophe pour la visibilité et l’avenir de la recherche en sciences économiques dans notre pays ». Remords tardif, prise de conscience ?…

Mais l’essentiel n’est pas là. Jean Tirole dénonce le fait que « nous sous-investissons dans l’éducation et la formation continue ; nous négligeons le combat contre le changement climatique et diverses autres politiques qui limiteraient les dommages causés à la prochaine génération par le climat, l’intelligence artificielle, la dette, l’inégalité et autres défis imminents ».Article réservé à nos abonnés Lire aussi  « Le coronavirus est en train de faire vaciller le mythe déjà chancelant de la mondialisation heureuse »

Mais qui est donc ce « nous » ? Ce « nous », ce sont pour lui « les peuples [qui] ont une mémoire courte, ils apprennent rarement de l’histoire », ce sont aussi « les citoyens [qui] ne mettent pas systématiquement la vie au-dessus de l’argent et ne sont pas prêts à réduire considérablement leur consommation en échange d’un monde plus sûr ».

La cupidité des plus riches

Ce seraient donc les peuples qui ont décidé de démanteler le système de santé, de réduire drastiquement les moyens de l’hôpital public, de diminuer considérablement le nombre de lits, d’en finir avec les stocks de masques au motif que cela était trop coûteux, etc.

Ce ne serait donc pas la cupidité des plus riches qui s’accaparent la richesse créée, ce ne serait pas le fonctionnement du capitalisme financiarisé, avec les flux incessants de marchandises à travers la planète, qui serait une des causes majeures du réchauffement climatique, ce ne seraient pas les délocalisations opérées par les multinationales dans les pays à bas salaires et aux droits sociaux réduits, combinées à la logique du « zéro stock » et des flux tendus, qui auraient entraîné une dépendance vis-à-vis de quelques pays devenus les « ateliers du monde », en particulier la Chine.

Faire reposer sur les peuples des responsabilités qui ne sont pas les leurs a toujours été la rengaine des dominants

Non, tout ce qui nous arrive, ce serait la faute des peuples et des citoyens. Faire reposer sur les peuples des responsabilités qui ne sont pas les leurs a toujours été la rengaine des dominants.

La ficelle est quand même un peu grosse. Ainsi est mise de côté la responsabilité des gouvernements et des économistes néolibéraux qui les conseillent et est innocentée la logique d’un système qui fait du profit maximal son moteur. Le mode de développement induit par le capitalisme productiviste n’est même pas évoqué alors même que la dégradation accélérée des habitats des animaux, qui a détruit les barrières biologiques protectrices des êtres humains, est une des causes du passage des virus de l’animal à l’être humain.

Logique comptable et managériale

Ainsi, nous dit-il à propos de la santé, « nous ne pouvons pas échapper à la rationalisation de l’allocation des budgets existants ». Il propose donc de continuer d’appliquer la logique comptable et managériale qui a mené à la catastrophe présente. La seule solution qu’il envisage est « de repenser notre répartition collective des ressources entre les biens de consommation courante d’un côté, et la santé et l’éducation de l’autre ». En clair, cela signifie réduire la « consommation courante », c’est-à-dire le niveau de vie de toutes et tous, l’adjectif « courante » prenant ici toute sa signification.

Toutes celles et tous ceux qui ont du mal à boucler leur fin de mois apprécieront. Il ne s’agit donc pas de s’attaquer à la consommation ostentatoire des plus riches et encore moins de transformer radicalement le mode de consommation actuel induit par le capitalisme productiviste, qui fait de l’accumulation sans fin de marchandises le moteur de l’économie.

Concernant le changement climatique, il persiste dans la défense des « incitations financières » refusant toute réglementation et normes, alors même que les limites du « signal prix » sont manifestes en l’absence de contraintes fortes imposées aux entreprises.

La crise du coronavirus montre une fois de plus que le régime économique et social actuel est mortifère au premier sens de ce mot. Elle pourrait être l’occasion de prises de conscience salutaires. Mais elle peut être aussi l’occasion de discours en trompe-l’œil. Jean Tirole nous en offre un exemple patent.



>