Les projet de l’année 2019

 

Voici le calendrier de 2019 avec les manifestations auxquelles le Collectif citoyen vous invite à participer :

Vendredi 8 mars 21h à la salle des fêtes : journée de la femme organisée par la Mairie du  Poêt Laval autour d’un spectacle de grande qualité 

Vendredi 22 mars 18h à la Halle : Assemblée générale du collectif citoyen

Vendredi 5 avril 18 h 30 à la Mine d’Art : On se retrouve  pour semer ensemble des coquelicots et dialoguer autour des enjeux de la biodiversité

Jeudi 18 avril 18h  à la Mine d’Art : Cinécitoyen avec des films à voir en famille de 7 à 77 ans, sur les enjeux du réchauffement climatiques et partager une goûter

Vendredi 31 mai 18h à la Halle : conférence débat avec Pierre Rosanvallon du collège de France, et présentation de son dernier ouvrage

Rencontres ciné citoyennes : 12 et 13 octobre à la Halle

Festival Coline Serreau : 16 et 17 novembre à la Halle

 

Lettre du Collectif à madame la Maire de Dieulefit

Madame la Maire,

Vous avez tenu à envoyer un message sur la boite mail du Collectif citoyen du pays de Dieulefit à propos de « différents messages apposés sur la mairie » lors du week-end du 25 novembre.

L’affichage de ces messages, pas seulement sur la mairie mais à travers toute la ville, est intervenu dans le cadre des manifestations des « gilets jaunes », mouvement populaire qui n’est, comme vous le savez, nullement téléguidé ou manipulé par le Collectif citoyen.

Vos investigations vous conduisent à soupçonner monsieur Serge Cuvellier, dont l’écriture vous est familière. Si monsieur Serge Cuvellier est bien adhérent du Collectif citoyen du pays de Dieulefit, lui et les autres manifestants à l’initiative de ces affichages agissaient en leurs noms propres, comme partout ailleurs en France.

Le Collectif citoyen du pays de Dieulefit n’a pas la prétention de guider les « gilets jaunes »  ou d’en être un porte voix.

En revanche, nous ne pouvons qu’être solidaires des Dieulefitois.e.s qui ont manifesté, sans heurts, comme « gilets jaunes » à Dieulefit ou Montélimar car ils et elles expriment le malaise, politique, social et économique dans notre pays.

La marche pour le climat du 8 décembre à Montélimar a rassemblé des habitants du pays de Dieulefit, revêtus ou non de « gilets jaunes », montrant bien la convergence de ceux qui dénoncent les injustices sociales et les injustices climatiques. Ce combat est aussi celui du Collectif citoyen.

Nous regardons avec attention le mouvement des « gilets jaunes », qui exprime, entre autres, le besoin de plus de débat public, ce qui est l’objet essentiel de notre association depuis sa création en 2002.

Nous croyons que les Rencontres citoyennes, comme les débats que nous organisons, sans soutien de la mairie, sont une contribution à ce débat public.

En cette période où les maires sont invité.e.s à faire des propositions pour aider à mettre en place ce débat citoyen nous serons attentifs aux propositions de la mairie.

De notre côté nous suggérons, comme première réponse à ce défi démocratique, la création d’une « maison des citoyens » dont la mise en place pourrait être l’objet du premier débat. En effet, si l’espace culturel de la Halle convient aux manifestations importantes, la gestion de son planning est lourde et le coût de sa location se prête mal à des réunions plus spontanées et qui peuvent rassembler des citoyens qui ne disposent pas d’un budget pour se rencontrer et débattre.

Croyez, Madame la Maire, à nos salutations citoyennes.

Rassemblement des coquelicots, tous les vendredi

À l’heure où les gilets jaunes enflamment la France et que leurs manifestations sont reprises par tous les médias il peut sembler dérisoire de participer au mouvement des coquelicots.

Pourtant les choses ne sont pas si simples.

L’aspiration à plus de justice sociale n’est pas contradictoire avec la lutte contre les pollutions et les atteintes à l’environnement.

Jean Gadrey, dans l’hebdomadaire Alternatives économiques du 20 novembre dernier écrit « en France, les 1% les plus riches émettent 40 fois plus de CO2 que les 10% les plus pauvres, mais les 10% les plus pauvres paient 4 fois plus de taxe carbone en proportion de leurs revenus que les 10% les plus riches ».

La nature est elle aussi victime.

Un seul exemple, vérifié par tous les scientifiques et ornithologues sérieux : en 15 ans, 30 % des oiseaux ont disparu en France, nous le voyons nous aussi dans nos jardins et forêts. Plus personne ne dit que ce n’est pas grave.

Alors, les 800 rassemblements qui les premiers vendredi du mois se tiennent dans les villes et villages de France pour que les coquelicots fleurissent dans nos champs ne sont pas inutiles.

Tout comme les signatures de l’appel « Nous voulons des coquelicots ».

Certes ces initiatives sont juste un petit pas, pacifique donc moins médiatisé, mais ils sont aussi l’expression d’une exaspération de ne pas voir les choses avancer, malgré les engagements successifs.

Certes l’abandon des pesticides est programmé, en Europe, mais la reconversion des terres agricoles avance à tous petits pas, alors que les oiseaux et les abeilles disparaissent à grands pas, que les consommateurs sont empoisonnés et que les agriculteurs, les premiers exposés, vivent mal.

Les lobbies au service des entreprises qui vendent les pesticides mettent des moyens colossaux pour influencer ceux qui font la loi et au fil des années, les élus repoussent les décisions quand ils ne reviennent pas dessus.

Il en est de même pour les mesures contre le réchauffement climatique, la disparition des espèces, l’extraction minière, la déforestation.

La France se flattait d’avoir organisé la COP 21 en 2015 et d’avoir fait signer les accords de Paris. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Ce cri d’alerte « Nous voulons des coquelicots » est un combat pour la vie, une façon de dire « ça suffit, assez de tous ces renoncements ».

Il est important d’agir avant que la rage ou le désespoir ne s’imposent à nous quand les coquelicots auront disparu de nos champs.

Le collectif citoyen porte des gilets jaunes, rouges, multicolores

Quand la colère prend des couleurs

Le collectif citoyen a respecté la demande des » gilets jaunes » qui revendiquent une totale indépendance avec les mouvements organisés.
Cependant, les messages  que nous portons sont ceux qui s’expriment aujourd’hui sous d’autre formes.

Aussi, nous exprimons par ce message,  la solidarité avec ceux qui parlent aujourd’hui de  leurs difficultés et proposent comme nous une autre manière de faire société.